SENATORUL ZAMFIR NE PROMITE O TOAMNĂ FIERBINTE
BURSA 04.09.2017

EMILIA OLESCU
 
mărește imaginea
     *  Eliminarea titlului executoriu din contractele de credit - printre prioritățile parlamentarilor
       Parlamentarii s-au întors din vacanță. Cu forțe noi, cel puțin unii dintre ei par puși pe treabă. Liberalul Daniel Cătălin Zamfir, președintele Comisiei economice din Senat, ne promite o toamnă fierbinte. Domnia sa ne-a spus că intenționează să readucă în dezbatere o serie de proiecte de lege depuse înaintea vacanței parlamentare.
     Unul dintre aceste proiecte legislative vizează eliminarea rolului de titlu executoriu pe care îl au contractele bancare. Atâta vreme cât contractul bancar este titlu executoriu, judecătorul nu se va uita dacă acest contract este abuziv sau nu, ne-a explicat avocatul Gheorghe Piperea, care a contribuit la redactarea acestor proiecte. Domnia sa ne-a mai spus că inițiativa din Parlament urmărește concretizarea modificărilor aduse Codului de procedură civilă în acest an, întrucât "unii judecători consideră că aceste modificări nu sunt clare în cazul contractelor de credit".
     Aceste noi prevederi au intrat în vigoare în 24 martie 2017. Legea 17/2017 de aprobare a OUG 1/2016 pentru modificarea Legii nr. 134/2010 privind Codul de procedură civilă a modificat articolul 641 din cod, după cum urmează: "Înscrisurile sub semnătură privată sunt titluri executorii numai dacă sunt înregis¬trate în registrele publice, în cazurile și condițiile anume prevăzute de lege. Orice clauză sau convenție contrară este nulă și considerată astfel nescrisă". Inițial, articolul 641 din Codul de procedură civilă sublinia: "Înscrisurile sub semnătură privată sunt titluri executorii numai în cazurile și condițiile anume prevăzute de lege. Orice clauză sau convenție contrară este nulă și considerată astfel nescrisă".
     Avocatul Piperea ne-a declarat, la vremea respectivă: "În acest moment, contractele de credit nu sunt înscrise în niciun registru public, iar în lipsa unui astfel de registru ele nu mai pot fi titluri executorii. Atenție, nu trebuie să confundăm contractele de credit cu cele de ipotecă. Contractele de ipotecă mobiliară și cele imobiliare sunt înregis¬trate în Arhiva Electronică și, respectiv, la Cartea Funciară. Însă, dacă băncile vor încerca să execute valori în baza contractelor de ipotecă, atunci se va putea executa doar ipoteca și, mai mult decât atât, doar valoarea ce reiese în urma reevaluării ipotecii. Contractele de credit nu sunt înregistrate nicăieri, iar acestea nu mai pot fi titluri executorii. De aceea, din acest moment nu mai pot fi demarate proceduri de executare în baza contractelor de credit. În caz contrar, ele vor fi nule de drept". În opinia specialistului, variantele sunt două - să fie publicate toate contractele de credit într-un astfel de registru sau să se meargă în instanță pentru executare.
     Reprezentanți din piața bancară au susținut, atunci, că noua lege nu afectează sectorul, invocând articolul 120 din OUG 99/2006 privind ins¬tituțiile de credit și adecvarea capitalului. Acesta arată: "Contractele de credit, inclusiv contractele de garanție reală sau personală, încheiate de o instituție de credit constituie titluri executorii".
     * Proiect legislativ: "Consumatorul va avea posibilitatea să răscumpere creanța de la firma de colectare cu dublul prețului la care aceasta a achiziționat-o de la bancă"
     O altă inițiativă legislativă pe care senatorii urmează să o dezbată privește reintroducerea retractului litigios în contractele dintre consumatori și bănci, eliminat în 2011. Acesta face referire mai ales la firmele colectoare de creanțe.
     Retractul litigios înseamnă că, în timpul desfășurării unui proces în ins¬tanță, debitorul va putea răscumpăra creanța de la firma de recuperare la dublul prețului cu discount la care creditul a fost achiziționat de recuperator, moment în care litigiul va fi stins.
     Gheorghe Piperea ne-a explicat: "Acest lucru înseamnă că, dacă un colector de creanțe plătește doi lei băncii pentru o creanță de 100 de lei, atunci consumatorul poate să-i plătească 4 lei colectorului și să scape de datorie".
     * Senatorii, cu ochii pe dobânda dintre comercianți și consumatori
     Un proiect de lege important pe care senatorii și-au propus să-l dezbată în perioada următoare privește dobânda dintre comercianți și consumatori.
     Referitor la această inițiativă legis¬lativă, avocatul Piperea ne-a precizat: "În relațiile dintre simpli particulari, conform legii, dobânda trebuie să fie mai mică cu 20% față de dobânda de referință a BNR, adică, acum, în jur de 1%, iar penalitățile se pot ridica la maxim 4%. Între comercianți, dobânda poate fi negociată liber. Însă, despre dobânda din contractele încheiate între comercianți și consumatori, Ordonanța 13/2011, care prevede cele de mai sus, nu mai spune nimic, iar BNR a stabilit că acesta este un contract comercial. Băncile, în anii de boom, au avut dobânzi și de 12-14%, când dobânda legală era de maxim 6%. Au fost perioade în care dobânzile au explodat și inclusiv acum dobânzile la credite sunt destul de mari dacă le comparăm cu cele la depozite. Proiectul de lege care se află acum în Parlament precizează că și consumatorul trebuie să beneficieze de aceleași condiții ca particularii".
     *  Societățile de leasing - în vizorul parlamentarilor
     Societățile de leasing sunt și ele în vizorul parlamentarilor, care intenționează să reglementeze acest segment cu o lege similară cu cea privind darea în plată. Senatorul Daniel Cătălin Zamfir ne-a explicat, înainte de vacanța parlamentară, că proiectul de lege referitor la acest aspect prevede "reglementarea segmentului de executări silite și a pieței de leasing, prin reechilibrarea contractelor din aceste domenii". Domnul Zamfir ne-a precizat: "Această inițiativă, care este similară Legii dării în plată, urmărește să mai pună frână recuperatorilor și să reechilibrăm contractele de leasing. Pur și simplu dorim ca aceste contracte să nu mai fie titluri executorii, ci să se meargă în instanță pentru obținerea unui astfel de titlu. În același timp, contractele de leasing trebuie și ele reechilibrate, așa cum Curtea Constituțională a hotărât că trebuie să se întâmple cu cele de credit. Trebuie reglementate toate domeniile astfel încât să nu existe o poziție dominantă, ci una de echilibru între părți".
     Senatorul Zamfir a inițiat și promovat Legea dării în plată, care prevede stingerea datoriei odată cu cedarea către bancă a imobilelor puse garanție în contractele de credit. Curtea Constituțională s-a pronunțat în cazul Legii dării în plată, hotărând că aceste contracte trebuie reechilibrate în acord cu realitatea actuală. În cazul în care instituțiile de credit refuză renegocierea, contractele de credit vor merge în instanță, unde vor fi reconstruite de către judecător, după ce va fi probată impreviziunea, după cum a decis Curtea Constituțională.
     * Legea Curții de Conturi, posibil să fie modificată
     Legea Curții de Conturi este posibil să fie modificată, dacă inițiativa legislativă din Senat care urmărește modificarea acesteia va fi adoptată.
     "Am adunat semnăturile ca să depun proiectul de modificare a Legii 94/1992 privind funcționarea Curții de Conturi", ne-a spus, vineri, Daniel Zamfir, menționând că propunerea domniei sale stabilește foarte clar că auditorii Curții de Conturi nu se pot pronunța pe oportunitatea unei investiții, ci în urma unui prejudiciu adus de entitatea controlată, prin încălcarea legii. "Prejudiciul trebuie stabilit cu responsabilitate, Curtea de Conturi trebuind să intervină cu actul de control după finalizarea procedurii, nu înainte de realizarea achiziției sau a investiției făcute", ne-a mai spus senatorul PNL, adăugând: "Curtea de Conturi trebuie să verifice modul în care au fost cheltuiți banii, nu modul în care vor fi cheltuiți, astfel încât prejudiciul trebuie să fie ilicit, nu estimat. Acum, audorii calculează cum ar fi fost dacă entitatea ar fi procedat altfel. Nu poți spune că nu a fost economic să investeși într-un proiect decât dacă a încălcat legea".
     Înaintea vacanței parlamentare, senatorul Zamfir ne-a spus: "Auditorii estimează prejudiciile și trimit autoritatea în instanță, se deschide anchetă penală și, în acest timp, funcționarii din primării nu mai semnează nimic de frică. Nici acest lucru nu este în regulă. Auditorii să spună în mod cert care sunt prejudiciile și să-și asume răspunderea pentru respectivele sume! Se va institui măsura răspunderii auditorului CCR în legatură cu prejudiciul estimat.
     De asemenea, ar trebui să existe un departament de prevenție în cadrul CCR, care să ofere informații celor din autoritățile locale, dacă aceștia au nevoie, înainte să demareze un proiect. Acum, Curtea de Conturi le spune să întrebe Autoritatea Națională pentru Achiziții Publice (ANAP), iar după aceea le spune că răspunsul ANAP nu este bun. În acest context, l-am obligat pe Nicolae Văcăroiu să introducă în regulamentul CCR o prevedere potrivit căreia Curtea de Conturi va ține cont de recomandările autoritățiilor abilitate în domeniu (în cazul achizițiilor publice vorbim cel mai frecvent de ANAP).
     Parlamentarul a trimis proiectul său de lege către toate primăriile din țară, după cum ne-a declarat acesta.
     Recent, bugetul instituției de control a fost redus, iar președintele CCR Nicolae Văcăroiu a fost audiat în Senat.
     Președintele Curții de Conturi a spus, în cadrul audierilor, că instituția pe care o conduce se poate desființa, după ce, la începutul anului, bugetul instituției a fost tăiat pentru prima dată în 153 de ani de existență. În replică, președintele Comisiei de Buget din Senat, Eugen Teodorovici, i-a spus că "toate au un început".
     Nicolae Văcăroiu a menționat că instituția de control primește anual în jur de 65 de milioane de euro, dar oferă bugetului mult mai mulți bani. Din cauza bugetului insuficient, la Curtea de Conturi există 340 de posturi libere care nu vor fi ocupate, a mai subliniat șeful CCR. Eugen Teodorovici, fost ministru al Finanțelor, a spus că este nevoie de o reformă a Curții de Conturi: "Cei de la Curtea de Conturi trebuie să înțeleagă că sunt auditori și nu controlori, adică această abordare de milițian care încă este prezentă astăzi la CCR. Curtea de Conturi ar trebui să aibă un rol de îndrumare".
     * Senatorul Zamfir reiterează că îl va chema pe Guvernatorul Isărescu în Parlament
     Nici de Guvernatorul BNR Mugur Isărescu nu a uitat Daniel Zamfir, care ne-a spus că se va ține de cuvânt și, în perioada următoare, îl va chema la Parlament pe șeful Băncii Centrale, ca să de explicații de ce nu a intervenit până acum pe dobânzile percepute de instituțiile financiare nebancare (IFN) la credite.
     "Urmează să îl chem pe Guvernator la audieri. Vreau să știu de ce nu a intervenit până acum asupra dobânzilor IFN-urilor", ne-a confirmat senatorul PNL.
     Intenția domniei sale vine în contextul în care, de curând, BNR a anunțat că va obliga IFN-urile să plătească de zece ori mai mult capital suplimentar pentru creditele cu dobânzi ce depășesc anumite limite impuse de Banca Centrală.
     În prezent, dobânda efectivă anuală (DAE) pe care IFN-urile o cer când acordă credite populației ajunge și la câteva mii la sută.
     Încă din 2015, Marius Dunca, fostul președinte al Autorității Naționale pentru Protecția Consumatorilor (ANPC), atrăgea atenția că există sesizări de la clienți care reclamă dobânzi anuale practicate de IFN-uri și de peste 5000% pe an. La acea vreme, reprezentanții BNR ne-au spus că IFN-urile acordă împrumuturi pe termene foarte scurte, de două săptămâni, cu dobânzi și de 50% pe săptămână, astfel că DAE poate ajunge, în unele cazuri, la niveluri de câteva mii la sută.
     "IFN-urile calculează tot felul de costuri, cum ar fi cel pentru deplasare la domiciliu cu suma, la care oamenii nu se uită, nu citesc contractele", ne-au precizat, atunci, reprezentanții Băncii Centrale, menționând că BNR nu reglementează nivelurile dobânzilor din domeniul financiar, acesta reprezentând o piață liberă.
     Acum, BNR consideră că o întărire a reglementărilor este necesară, având în vedere depășirea unei mase critice a creditării IFN în total creditare.
     În replică, instituțiile financiare nebancare acuză Banca Națională că răspunde presiunilor politice și așteptărilor populiste. 
 

 
Opinia cititorului   [ scrieți-vă opinia. ] 
1.  Dunca o rusine
    (mesaj trimis de Stefan în data de 04.09.2017, ora 07:58)  
 Cum de vorbiti despre Dunca, ministrul Dunca nu stia diferenta intre DAE si Dobanda si pe deasupra mai are si un disar penal pe abuz in serviciu.A amendat pentru o prietena a sa in IFN si instanta de fond si apel a anulat decizia sa si acum este in urmarire penala pentru abuz pe aceasi speta.A vrut sa inchida un IFN pentru a ii reduce costul unei prietene.RUSINE


 
  1.1.   de retinut!  (răspuns la opinia nr. 1 )
    (mesaj trimis de anonim , in data de 04.09.2017, ora 15:41)
 
 Se știe că băncile creează monedă acordând credite: sistemul rezervelor fracționare definit de Bâle Ie permite băncilor să acorde un credit (Pn) la un procentaj din depozit (p%), respectând cota de rezervă în vigoare (r%), astfel că p% = 100% - r%.
 O rată a rezervei de 10%, de exemplu, se traduce cu un multiplicator bancar de 10, adică se creează de 10 ori suma creditului inițial.
 0% înseamnă a crea monedă în cantitate infinită! Prin formula simplă p1(1-p%) a sumei unei progresii geometrice de p% care constituie creditele succesive,
 se demonstreaza că un depozit inițial p1 de 10,000 euro genereaza un total de 100,000 de împrumuturi acordate,
 din care 10,000 garantate și 90,000 non-garantate de „rezerve”, deci create pur și simplu.Pur și simplu creație monetară,
 căci creditul înscris în contul clientului băncii nu e însoțit nicăieri de un debit în contul băncii,
 atunci când împrumutăm bani unui amic, contul nostru din bancă este debitat automat.
 În cazul unui credit bancar nu are loc, deci, un transfer de fonduri.


 
  1.2.   fără titlu  (răspuns la opinia nr. 1.1 )
    (mesaj trimis de anonim , in data de 04.09.2017, ora 15:42)
 
 contrapartida contabilă a acestui credit bancar nu este o lipsă temporară din activele băncii,
 ci o promisiune de rambursare, o datorie viitoare, doar înscrisă la pasive pentru a se acoperi o creanță la activele bilanțului băncii.
 Joc de înscrisuri, ping-ping contabil pentru a se crea monedă „din pix” sau cu un „clic de computer”,


 
  1.3.   Cine vrea să repună „puterea politică deasup  (răspuns la opinia nr. 1.2 )
    (mesaj trimis de anonim , in data de 04.09.2017, ora 16:51)
 
 Cine vrea să repună „puterea politică deasupra puterii financiare”
 nu poate ignora această inegalitate economică și această injustiție socială ilustrată prin acest sofism financiar al băncilor private care profită de dobânzile astfel cumulate pentru credite acordate din bani care n-au existat niciodată.
 „În esență, creația monetară ex-nihilo pe care o practică băncile seamănă cu fabricarea de monedă de către falsificatorii de bani, pe bună dreptate reprimată de lege... Diferența este că aceia care profită nu sunt aceiași” Maurice Allais, premiul Nobel pentru Științe Economice 1988.
 Maurice Allais - economist eminent, căci este pus alături de mari nume ale științelor economice, printre care Milton Friedman, Irving Fischer și, mai recent, Joseph Stilglitz, care s-au ridicat împotriva acestei uriașe escrocherii, scandalul financiar cel mai puțin cunoscut, dar cu potențialul exploziv cel mai mare din întreaga istorie.


 
  1.4.   Îmbogățire fără cauză  (răspuns la opinia nr. 1 )
    (mesaj trimis de SR , in data de 04.09.2017, ora 16:55)
 
 Dacă băncile împrumută fondurile pe care le posedă, cu dobânzi, asta e bine;
 că reîmprumută depozitele pe care le au sau capitalurile lor, cu dobândă mai mare, e normal.
 Dar să împrumute bani pe care nu-i au și
 să perceapă dobânzi pentru ei, asta nu mai merge.
  Posibilitatea de a face bani pentru bani care nu există,
 Îmbogățire fără cauză – și ne mai mirăm că, secol după secol, puterile banului se coagulează și cumpără mass media, dirijează guvernele și aservesc și domină lumea?!


 
  1.5.   Ceea ce se știe mai puțin  (răspuns la opinia nr. 1 )
    (mesaj trimis de SR , in data de 04.09.2017, ora 16:56)
 
 sau se pretinde că nu se știe – este că băncile percep pentru aceste credite acordate din nimic, dobânzi exorbitante și ilegitime,
 venituri cu creștere exponențială, așa cum arată formula dobânzilor compuse C = C(1+i)n.


 
  1.6.   Separare strictă băncile de afaceri și de depozit  (răspuns la opinia nr. 1.5 )
    (mesaj trimis de anonim , in data de 04.09.2017, ora 17:09)
 
 Pe de o parte, pentru a continua să joace jocuri financiare riscante dacă vor, băncile de afaceri ar trebuie să nu aibă voie să colecteze economiile publicului, sub orice formă.
 Ele n-ar putea face speculații decât pe riscul lor. Să nu se mai pună problema să fie ajutate de stat în caz de nevoie.
 Pe de altă parte, pentru a putea face apel la economiile publicului, băncile de depozit ar avea interdicție pentru orice formă de speculații.
 N-ar mai exista produse toxice, nici piețe cu riscuri.
 N-ar mai fi conflicte de interese între conturile clienților și conturile băncii.
 Dar, mai presus de toate, ne-am întoarce la finanțarea economiei reale.


 
2.  Zamfir e anti-Liberal. Scapati de el.
    (mesaj trimis de anonim în data de 04.09.2017, ora 09:34)  
 PNL nu realizeaza ca scaderea se datoreste combinarii si promovarii unor anti-liberalism precum Zamfir.
 PNL lamuriti-va politica si parlamentarii sa stim si noi ce politica faceti.


 
  2.1.   fără titlu  (răspuns la opinia nr. 2 )
    (mesaj trimis de anonim , in data de 04.09.2017, ora 10:16)
 
 Ce-ar fi ca, mai bine, sa scapam de tine?!


 
  2.2.   Les propositions financières d’Edouard  (răspuns la opinia nr. 2.1 )
    (mesaj trimis de Solutie , in data de 04.09.2017, ora 15:34)
 
 Les propositions financières d’Edouard (docteur ès sciences économiques, professeur de mathématiques financières) aptes à révolutionner notre vision de la question financière. Texte recopié avec l’aimable autorisation de son auteur. le titre exact trop long pour l’entête est "MARCHÉS À TERME FINANCIERS, CRÉATION MONÉTAIRE BANCAIRE ET DROIT RÉGALIEN DE BATTRE MONNAIE."
 CHÈRE MADAME ROYAL,
 Je sais que vous n’aimez pas trop, ou que vous vous en méfiez un peu, mais voilà, je suis docteur ès sciences économiques, professeur de mathématiques financières, ayant fait toute ma carrière sur les marchés financiers comme trader : Personne n’est parfait ?!...
 En revanche, je suis "ségoléniste" et heureux de l’être, voire "ségolâtre" et fier le paraître, disant partout que si nous sommes "votre plus belle histoire d’amour", vous êtes "notre plus bel espoir de gauche" et surtout "notre plus beau désir d’avenir" !
 Je souhaite donc que vous gagniez les primaires, que vous soyez la candidate de la gauche toute entière, que vous remportiez les élections de 2012 et deveniez notre prochain Président de la République. En un mot, pour moi, c’est vous !
 Afin d’y contribuer, permettez-moi de vous soumettre ici quelques idées simples dont j’espère qu’elles trouveront une petite place dans votre argumentaire économique et financier et qui, parce que vulgarisées, pourront vous aider à convaincre davantage vos auditoires pas toujours spécialistes.
 Vous intervenez beaucoup sur la crise financière et les problèmes de déficits, de dettes et de désordre monétaire international, en mettant l’accent sur la lutte contre la spéculation sur les marchés financiers et la réforme du système bancaire qui "marche sur la tête", et vous avez raison.
 Peut-être conviendrait-il de parler aussi des marchés à terme financiers, véritable moteur de spéculation et facteur de crise(1), du scandale de la création monétaire par les banques privées, la plus grosse arnaque économique de tous les temps(2) et du droit régalien de battre monnaie de l’état dans un nouveau système bancaire sans lequel il n’y a pas de nouveau modèle de développement(3).
 Tout au long de cet exposé volontairement simple, et me basant sur votre idée de séparation des banques d’affaires et banques de dépôts et de création d’une banque nationale d’investissements, il m’a été agréable d’imaginer ce que pourrait être l’architecture de ce nouveau système bancaire que vous appelez de vos voeux.
 1) LES MARCHÉS À TERME FINANCIERS, MONÉTAIRES ET DES MATIÈRES PREMIÈRES : VÉRITABLE MOTEUR DE SPÉCULATION ET PRINCIPAL FACTEUR DE CRISE.
 À côté des produits tels que Subprimes, CDO et CDS qu’il faudrait interdire pour cause d’épargne et de salut public, il y a les marchés à terme qu’il faudrait abolir, parce qu’ils constituent le véritable moteur de spéculation, elle-même principal facteur de crise !
 Des marchés détournés de leur fonction de couverture des risques, au profit d’un marché dédié presque exclusivement à la spéculation. Des banques dévoyées de leur vocation de financement de l’économie, au profit de l’activité de financement de la finance !
 Des marchés où l’on peut acheter sans vraiment acheter, vendre sans vraiment posséder, revendre sans avoir acheté, et racheter sans avoir vendu. Et pendant toute la période précédant l’échéance des contrats que les opérateurs font tout pour éviter, ça n’est que du vent qu’on achète et qu’on vend !
 Un taux de couverture de 5%, sur une valeur nominale de 100%, c’est un pari fait avec 95% d’argent qu’on n’a pas ! Un résultat de 10% sur un montant de 100%, c’est en fait un rendement de + ou -200% par rapport au capital investi de 5
 Un effet de levier 1 à 40 !... L’effet de levier dépend du taux de couverture, en réalité plus proche de 0 que de 5, et du résultat de l’opération : Avec un gain fixé à 10% pour simplifier, l’effet est de 1 à 62 pour un taux de 4%, de 1 à 112 pour 3%, de 1 à 250 pour 2%, de 1 à 1000 pour 1% et pour 0%, c’est du 1 à l’infini, tout simplement !
 Accès facile avec ce dépôt de garantie dérisoire, gains faciles grâce à cet effet de levier, gains rapides puisque ça peut se faire en quelques jours voire quelques heures, donc vente à crédit par excellence, c’est tout cela qui fait courir les spéculateurs de tous poils et fait de ces marchés "le plus grand casino du monde".
 Des positions astronomiques qui se soldent par des profits mirobalants pour les banquiers et des bonus mirifiques pour les traders et qui nous font hurler d’indignation et nous incitent à réclamer, à cor à cri mais à juste titre, contrôle des rénumérations et taxation sur les transactions financières.
 Des positions qui peuvent aussi mener à des pertes catastrophiques comme pour Leeson de chez Baring’s il y a quelques années, et Kerviel de la Générale, plus récemment, trader ruiné, endetté et aujourd’hui en prison, ou pour les autres établissements qui n’ont échappé à la faillite que parce que renfloués par l’état !
 Qui veut lutter contre la spéculation (dont celle sur les dettes souveraines) ne peut ignorer l’ampleur et la gravité de ce phénomène qu’illustre le paradoxe de la "couverture de positions" par le "marché de couverture" devenu "marché de hauts risques" dont il faut "assurer la couverture" ?!
 La solution consiste à "tuer" ces marchés qui "tuent" : Enlevez-leur ce jouet dangereux et vous couperez les ailes aux prédateurs que vous dénoncez. Supprimez cette drogue dure et vous aurez moins de spéculateurs, moins de spéculations et moins de victimes sur les marchés financiers.
 Tant pis s’ils crient au scandale : Liquidation d’une si belle technique de couverture, couverture des risques de taux, de change et de marché. Démantèlement de tout un pan de l’industrie financière qu’ils ont mis des années à bâtir autour de ce monstre financier qu’est devenu Euronext ?!...
 Pour ce que ce marché est devenu, un marché de spéculation et non plus de protection, encore moins de production, qui fait plus de mal que de bien, le jeu ne vaut plus la chandelle. Témoin les Hedge-funds qui font croire qu’ils font du "hedge" alors qu’ils ne font que du "trade" !...
 Qu’ils utilisent plus les marchés d’options, qui ont les mêmes avantages mais pas les mêmes inconvénients. Qu’ils fassent plus appel aux analystes et actuaires financiers pour calculer les risques et gérer les portefeuilles. Gérer avec l’intelligence et non avec la chance.
 Comme pour les produits dérivés où règne l’"intelligence artificielle" de tous ces modèles financiers compliqués et indigestes, qui ne nourrissent que ceux qui les fabriquent et qui les consomment, et qui s’avèrent être une insulte à l’"intelligence réelle" des investisseurs et des gens simples.
 En attendant, adopter votre idée qui est proche du Glass-Steagall Act, aujourd’hui cheval de bataille de Paul Volcker, ancien président de la Fed et actuel conseiller économique de Barack Obama : Une stricte séparation entre banques d’affaires et banques de dépôts.
 D’un côté, et pour continuer de jouer à des jeux financiers risqués si ça les amuse, les banques d’affaires seraient interdites de toutes formes de collecte d’épargne publique. Elles ne pourraient spéculer qu’à leurs risques et périls. Plus question pour elles d’être aidées par l’état en cas de pépins.
 De l’autre, pour pouvoir faire appel à l’épargne publique, les banques de dépôts s’interdiraient de toutes formes de spéculation. Plus de produits toxiques ni de marchés à risques. Plus de conflits d’intérêts entre comptes clients et comptes maison. Mais surtout, retour au financement de l’économie réelle.
 2) LA CRÉATION MONÉTAIRE PAR LES BANQUES : LA PLUS GROSSE ARNAQUE ÉCONOMIQUE DE TOUS LES TEMPS.
 Au-delà des frais bancaires qu’il faut contrôler et de la voracité des banquiers que vous avez raison de dénoncer, il y a aussi le pouvoir de création monétaire des banques, la plus grosse arnaque économique de tous les temps, qu’il faudrait abolir.
 Que les banques créent de la monnaie en faisant des prêts, tout le monde le sait : Le système de réserves fractionnaires défini par Bâle II permet aux banques de faire un prêt (Pn) à un pourcentage du dépôt (p%) respectant le taux de réserves (r%) en vigueur, tel que p% = 100%-r%.
 Un taux de réserves de 10% par exemple se traduit par un multiplicateur bancaire de 10, qui veut dire créer 10 fois le montant du prêt initial. 5% c’est 20 fois, 2,5% c’est 40 fois, et 0%, c’est créer de la monnaie en quantité infinie !
 À l’aide de la simple formule p1/(1-p%) de la somme d’une progression géométrique de raison p% que constitue les prêts successifs, on démontre qu’un dépôt initial P1 de 10.000 euros génère un total de 100.000 de prêts accordés, dont 10.000 garantis et 90.000 de non garantis "par les réserves" et donc créés purement et simplement.
 Que les banques créent de la monnaie à partir de rien, ça, on le sait moins ! De la pure création monétaire, car le prêt inscrit au crédit du compte client de la banque ne s’accompagne nulle part d’un débit au compte de la banque, comme quand on prête de l’argent à un ami, notre compte en banque se voit automatiquement débité. Aucun transfert de fond donc dans le cas du prêt bancaire !
 Comme pour les banquiers orfèvres de jadis, la contrepartie comptable de ce prêt bancaire n’est pas une privation temporaire des avoirs de la banque, mais une promesse de remboursement, une dette future, seulement inscrite côté passif pour couvrir une créance côté actif du bilan de la banque.
 Jeux d’écritures, tours de passe-passe comptables créant de la monnaie sur un "trait de plume" ou un "clic d’ordi" ; "plume à crédit" par opposition à "planche à billets" que la banque centrale n’utilise plus pour financer les dépenses ou rembourser les emprunts par ailleurs interdits depuis le décret Giscard-pompidou de 1973.
 Ce que l’on sait moins encore, ou que l’on fait semblant de ne pas savoir, et c’est ce sur quoi je veux insister, c’est que les banques prennent sur ces prêts accordés à partir de rien, des intérêts exorbitants et illégitimes, des revenus à croissance exponentielle comme l’indique la formule des intérêts composés C=C(1+i)n.
 Que les banques prêtent les fonds qu’elles possèdent avec intérêts, ça va ; qu’elles reprêtent à un taux plus élevé les dépôts qu’elles ont ou les capitaux qu’elles empruntent, ’est normal. Mais qu’elles prêtent de l’argent qu’elles n’ont pas et prennent des intérêts là-dessus, là, ça ne va plus !
 Possibilité de se faire de l’argent sur de l’argent qui n’existe pas, l’enrichissement sans cause par excellence, et l’on s’étonne que, siècle après siècle, des puissances de l’argent se soient constituées qui achètent les médias, dirigent les gouvernements et asservissent et dominent le monde ?!
 A quel titre des personnes privées, car les banquiers sont des personnes privées comme la plupart de leurs actionnaires, peuvent faire légalement ce que d’autres personnes privées, comme vous et moi, ne peuvent commettre sans se faire arrêter et condamner comme faux monnayeurs et aller tout droit en prison.
 "Par essence, la création monétaire ex-nihilo que pratiquent les banques est semblable à la fabrication de monnaie par des faux-monnayeurs si justement réprimée par la loi... La différence est que ceux qui en profitent ne sont pas les mêmes". Maurice Allais, Prix Nobel de Sciences Économiques 1988.
 Éminent économiste s’il en est rejoint par des grands noms de la science économique parmi lesquels Milton Friedman, Irving Fischer, et plus récemment Joseph Stilglitz qui se sont élevés contre cette gigantesque escroquerie, le scandale financier le plus méconnu mais potentiellement le plus explosif de toute l’histoire !
 Qui veut remettre "le pouvoir politique au-dessus du pouvoir financier" ne peut ignorer cette inégalité économique et cette injustice sociale illustrée par ce sophisme financier des "banques privées qui profitent d’intérêts ainsi cumulés sur des prêts accordés d’argent qui n’a jamais existé"(moi).
 Qui veut mettre "le pouvoir financier au service du pouvoir économique" ne peut occulter ce problème bancaire sans la solution duquel on ne vraiment parler ni de refondation du capitalisme financier, ni nouveau modèle de développement ou de société !
 Sauf pour l’oligarchie financière qui est le seul vrai bénéficiaire du système et aussi une catégorie de la classe politique et médiatique, ce ne serait pas scandaleux aujourd’hui de dénoncer ce "scandale séculaire de la création monétaire par le système bancaire", pouvoir plus qu’exorbitant qu’il faudrait retirer aux banques et restituer à l’état qui, seul, a le droit régalien de battre monnaie.
 Enlevez-leur ce pouvoir illégitime, vous corrigerez la plus grande hérésie économique et sociale de tous les temps, supprimerez la vraie cause de la formidable accumulation de capital des puissants organismes financiers, et contribuerez à la révolution de la science économique elle-même.
 Une telle révolution ne va pas manquer de soulever un tollé général dans la profession : "On a toujours fait comme ça..." ?! Eh bien, on a toujours eu tort ! "Les banquiers sont plus sages que les politiques dans l’allocation optimale des ressources..." ?! Eh bien, les faits et la crise actuelle démontrent le contraire !
 "On a besoin de créer de la monnaie pour stimuler l’économie..." ?! Certes, mais ce n’est plus vous qui le ferez, mais l’état ! " C’est de la nationalisation déguisée..." ?! Non, c’est de la rationalisation du secteur bancaire devenu stratégique, qui aura deux pôles et qui s’inscrit dans la logique profonde de votre idée de séparation des banques :
 D’un côté, des banques privées qui ne pourraient plus prêter que leurs fonds propres, dépôts ou emprunts mais couverture à 100% de ses fonds propres, dépôts emprunts. Elles ne pourraient donc plus créer de la monnaie ex-nihilo et le problème "d’intérêts des intérêts privés" est réglé !
 De l’autre, des banques publiques qui, pour les besoins de l’économie et conformément à la réglementation en vigueur, et à politique monétaire, pourraient prêter plus que les dépôts qu’elles ont. Donc de la création monétaire encadrée. Les intérêts sont réputés perçus par et pour le peuple : La morale financière est sauve !
 3) LA SOLUTION CONCRÈTE : NOUVEAU SYSTÈME BANCAIRE À DEUX PÔLES ET SOUVERAINETÉ MONÉTAIRE DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE.
 Un "système bancaire à deux pôles", votre solution au problème de la spéculation sur les marchés financiers apparaît comme le cadre idéal pour la solution du problème de la création monétaire, si l’on est convaincu de la nécessité d’en retirer le pouvoir aux banques. On se dirigerait donc vers :
 D’un côté, le pôle des "banques d’affaires privées"-BAP-qui continueraient de spéculer mais à leurs risques et périls, et de faire des prêts, mais seulement sur leurs fonds propres ou à 100% de couverture de leurs dépôts. Elles ne participeraient plus à la création monétaire et tant pis si elles ne financent plus l’économie.
 De l’autre, le pôle des "banques de dépôts publiques"-BDP-qui gèreraient l’épargne publique sans pouvoir spéculer. Elles garderaient l’octroi des prêts à "découvert" et donc le pouvoir de création monétaire mais encadré par l’état. Elles ont la noble tâche de financer l’économie, à l’image de votre "banque nationale d’investissements"-BNI.
 
 A côté de cela, une "banque centrale" retrouvant sa souveraineté monétaire en récupérant son droit régalien et sacré de battre monnaie, condition nécessaire et "centrale" pour conduire efficacement la quintuple politique monétaire, financière, économique, sociale et écologique du pays.
 Remarque 1 : Quand je parle de monnaie, je ne parle pas seulement des pièces et des billets. Il s’agit de la masse monétaire dans sa forme scripturale et désormais électronique des M1, M2, M3 et peut-être M4, qui constitue plus de 90% de la quantité globale des moyens de paiement et de réserves dans les principaux pays.
 Remarque 2 : Quand je parle d’état, je ne parle pas seulement du pays mais de la Communauté Européenne au niveau de laquelle il convient de transposer tout le raisonnement ci-avant et ci-après. Si la construction européenne n’est pas toujours un "fleuve tranquille", elle est désormais comme on dit "une rivière sans retour" !...
 Remarque 3 : Quand je parle de "banque centrale", je pense à la BCE, "Banque Centrale Européenne" dont chaque banque centrale nationale n’est plus qu’une agence nationale sans grands pouvoirs. S’il n’y a pas de communauté souveraine sans monnaie, il n’y a pas de monnaie forte sans communauté souveraine.
 Cela est possible sans sortir de l’Euro, il suffit de quelques aménagements sur les Traités européens (Décret 1973 de Giscard-Pompidou, Article 104 de Maastricht, Article 123 de Lisbonne...) pour garder intact l’espoir de l’avènement et de l’indépendance des "Etats-Unis d’Europe" ou "Etats d’Europe Unie" que vous voulez.
 La BCE ne doit pas être là seulement pour assurer la stabilité des prix des pays de la zone, elle devrait pouvoir peser sur toute l’économie des pays de la Communauté, non seulement en assurant sa capacité d’emprunts, mais encore et surtout en se dotant d’un réel pouvoir de création monétaire.
 Pourquoi la monnaie créée par une banque centrale serait-elle moins bonne ou moins saine que la monnaie créée par une banque privée ?! Si l’on accepte des prêts faits "à partir de rien" des banques privées, pourquoi n’accepterait-on pas aussi des prêts "à partir de rien" d’une banque centrale ?!
 Si on accepte des prêts qui ne sont garantis que par les réserves bancaires, pourquoi n’accepterait-on pas des prêts garantis par les réserves du Trésor et les richesses de la nation, son PIB ? La garantie des banques "too big to fall" vaudrait-elle plus que celle de celui qui les garantit, l’état qui, par définition, ne peut faire faillite ?!
 Et si on accepte que les banques créent de la monnaie pour financer l’économie, pourquoi n’accepterait-on pas que l’état, à travers de son pôle bancaire public, puisse créer de la monnaie pour financer l’économie, y compris ses dépenses de fonctionnement qui servent l’économie directement ou indirectement ?!
 Personne ne peut fabriquer de la monnaie, sauf l’état. S’il crée lui-même la monnaie dont il a besoin, il augmentera moins sa dette dont on sait qu’elle est colossale. Il pourrait à la limite l’effacer en partie pour raison de "dettes fictives" provenant de prêts "d’argent fictif" !...
 Pourquoi nos gouvernements choisissent d’emprunter de l’argent aux banques privées avec intérêts, quand, par le truchement de leur banque centrale, ils pourraient créer tout l’argent qu’il leur faut, sans intérêts, et au pire, bien moins cher ?...
 L’état aurait raison in fine d’éviter de payer des intérêts : En se prêtant à soi-même et sans intérêts, il diminuerait son déficit dont on se plaint à juste titre qu’il est abyssal, ne serait-ce que par réduction automatique du service de la dette. A la limite, il pourrait ordonner un moratoire d’intérêts, car ce sont de"faux intérêts" prélevés sur de "faux prêts" !
 Qui veut soutenir l’Euro, renforcer la BCE et amener la Communauté Européenne vers les Etats-Unis d’Europe ne peut pas ignorer ce paradoxe de la finance internationale où "les états s’endettent auprès de banques privées pour prêter à des banques privées qui, une fois renflouées, reprêtent aux états" ! (Cas de la Grèce)
 En créant un "crédit social et solidaire", en lieu et place de "la pousse à la consommation d’emprunts", l’état ferait reculer le surendettement dont on déplore qu’il est monumental. Il pourrait même décréter un moratoire de dettes, puisqu’après tout, ce sont pas de "vraies dettes" dès lors qu’elles proviennent de "fausses créances".
 Les "caisses sont vides", mais on trouve des milliards pour sauver les banques qui créent de la monnaie, et on ne peut pas créer de la monnaie pour trouver quelques millions pour sauver quelques entreprises menacées de fermeture, de licenciements ou de délocalisations ?!
 On envoie des "voitures à la casse !", on fait des prêts à taux 0, par souci de rentabilité pour les grands constructeurs, et on ne peut pas créer ce qu’il faut pour construire des routes et améliorer les infrastructures, puis penser un peu plus à l’utilité économique, sociale et finalement humaine des grands travaux à la keynésienne ?!
 Un tout autre problème : Il est inadmissible qu’on ne puisse pas faire comme les Étas-Unis, émettre nos propres Treasury bills sous forme de "Bons du Trésor Européen" (Eurobonds) et lancer nos propres Treasury Bonds qui pourraient s’appeler "Emprunts d’États Européens". Puis, en cas de besoin, procéder à leur rachats, cad "monétiser", pour diminuer en partie nos dettes souveraines ?!...
 Voilà quelques évidences qui militent en faveur du retour du pouvoir de création monétaire à l’état, in fine l’UE, mêmes’il ne s’agit pas de tout faire financer par la création monétaire, bien entendu. Beaucoup de nos problèmes pourraient ainsi être résolus sans forcément inflation galopante qu’on redoute plus par dogme que réalisme, et sans faire nécessairement injure à la science économique.
 C’est au moins vrai pour votre préoccupation majeure du moment : Voir l’état, in fine la BCE, s’impliquer davantage pour la croissance et l’emploi, en se suppléant aux banques défaillantes, coupables de financer les opérations spéculatives de la finance virtuelle plutôt que les activités productives de l’économie réelle !
 Dans ce monde globalisé "ultralibéral et superfinanciarisé", à la recherche d’un nouveau modèle de développement, la solution peut être, pour nous, ce "système bancaire à deux pôles" des BAP et des BDP, à mettre en place dans tous les pays d’une UE vraiment forte d’une Banque Centrale Européenne monétairement souveraine, au service d’une Communauté financièrement plus indépendante, économiquement plus efficace, socialement plus juste et plus humaine.
 Voilà très chère Madame Royal,
 Les réflexions un peu osées d’un économiste radical qui va peut-être vous surprendre et interloquer vos éminents conseillers. États-d’âme économiques que je voulais vous soumettre et dont je voulais vous donner la primeur avant toute publication sur DA, FB ou ailleurs. J’ai en effet été prévenu de la possibilité que "ce qui est dit par un Ségoléniste est considéré comme dit pa Ségolène !" ?!...
 Arguments originaux dont j’ai la naïveté de penser que, portés par vous, ils sont susceptibles non seulement de toucher directement le coeur des électeurs de gauche et peut-être même de droite, mais encore de vous aider à vous démarquer de vos concurrents de gauche qui ne sont pas franchement de gauche, à surprendre vos futurs adversaires de droite et surtout de l’extrême-droite et à riposter aux journalistes qui vous posent souvent des questions indélicates et qui ont l’insurportable toupet de douter encore et encore de votre compétence économique.
 Petite contribution enfin d’un militant anonyme qui sait que ce sont là des sujets qui ne plaisent pas forcément aux serviteurs des "puissances de l’argent" qui feront tout pour ne rien lâcher. Des idées "révolutionnaires" qui ne peuvent se réaliser sans "révolutions", mais révolutions dont on souhaite qu’elles puissent se faire sans violence ?!
 C’est tout un pari, mais gagnable ! Toute une utopie, mais réalisable ! C’est difficile et ça mettra sans doute du temps, mais comme vous le savez et comme vous nous le montrez jour après jour, "Ce n’est pas parce que c’est difficile qu’on n’ose pas, mais parce qu’on n’ose pas que c’est difficile" et que "Point n’est besoin d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer" !
 Je pense que sans cela vous pouvez gagner, mais avec cela vous pouvez gagner et étonner ! Et si vous ne gagniez pas ces élections, ce que je ne peux envisager malgré les sondages, vous gagneriez la postérité et la reconnaissance de toutes et tous, la victoire dans sa forme la plus élevée, et ça j’en suis sûr. Quoi qu’il en soit, pour moi, c’est vous, et ce pour toujours !
 Vous remerciant de votre aimable attention,
 Je vous prie de bien vouloir agréer, très chère Madame Royal, l’expression de mon engagement fidèle, de mon soutien indéfectible et de ma considération la plus distinguée, et si vous permettez, la plus affectueuse.
 Edouard Onze, à votre entière disposition pour tous renseignements financiers ou mathématiques complémentaires


 
  2.3.   fără titlu  (răspuns la opinia nr. 2 )
    (mesaj trimis de anonim , in data de 04.09.2017, ora 15:50)
 
 PNL a pierdut alegerile din cauza unor oameni precum Gorghiu si Orban, care credeau ca sunt acolo doar ca sa faca opozitie la PSD. news flash, scopul vostru este sa legiferati ptr binele cetatenilor, nu sa protejati monopolurile si practicile abuzive. macar PSD ul ii mai zguduie.PNL le canta in struna


 
  2.4.   puterea financiară în serviciul puterii economice  (răspuns la opinia nr. 2 )
    (mesaj trimis de SR , in data de 04.09.2017, ora 16:53)
 
 Cine vrea să pună „puterea financiară în serviciul puterii economice”
 nu poate ascunde această problemă bancară,
 fără soluționarea căreia nu se poate vorbi nici de refondarea capitalismului financiar,
  nici de un nou model de dezvoltare a societății.


 
  2.5.   fără titlu  (răspuns la opinia nr. 2 )
    (mesaj trimis de anonim , in data de 04.09.2017, ora 16:57)
 
 banca centrală - decretul Giscard-Pompidou din 1973
 nu mai utilizează aceste metode pentru a-și finanța cheltuielile sau pentru a-și rambursa împrumuturile, fiind interzise de altfel de la decretul Giscard-Pompidou din 1973.


 
  2.6.   abolită cea mai mare înșelătorie economică  (răspuns la opinia nr. 2 )
    (mesaj trimis de anonim , in data de 04.09.2017, ora 16:59)
 
 Crearea de masă monetară de către bănci
 Dincolo de comisioanele bancare care trebuie controlate și vorocitatea bancherilor, este și
  puterea de a crea masă monetară a băncilor


 
3.  Felicitări !!
    (mesaj trimis de Constantin în data de 04.09.2017, ora 11:33)  
 Felicitări Dl Zamfir si speram sa va puteți duce la îndeplinite tot ce v-ați propus pt aceasta toamna ! Dar ma si îndoiesc pt ca BNR si Isarescu au început deja loby- ul in vederea contracarării acestor legi sau amendamente ! Pana ce cancerul numit Isarescu nu va fi înlăturat si judecat pt subminarea economiei naționale ,nimic bun pt romani nu va putea fi făcut ! Suntem alături de dv Dl Zamfir si la nevoie vom face si acțiuni !


 
  3.1.   Informarea ar fi buna inainte de urari  (răspuns la opinia nr. 3 )
    (mesaj trimis de Stefan , in data de 04.09.2017, ora 12:41)
 
 Dl Constantin dar stiti la cat se plafoneaza dobanda si ce efecte are?
 Dl Zamfir ce din pacate nu are nici o idee despre economie a scris 6% pe an dobanda maxima.La aceasta dobanda se inchide tot dar tot ce tine de populatie, nu tu carduri de credit , nu tu credite de nici un fel decta poate maxim prima casa.Cine mai crediteaza asa?Nu exista nicaieri in lume asa o limitare la 6% pe an.Deci nu cred ca trebuie sa ii urati succes ca tot dvs o sa suferiti pentru ca ne intoarcem in evul mediu din pacate.


 
4.  E adevarat?
    (mesaj trimis de anonim în data de 04.09.2017, ora 13:32)  
 Isarescu incaseaza 10 000$ /luna de la Fmi din '74? La B1 13:25 a afirmat cineva.
 Ifn-urile aveau/au 4000-8000% dobanda?


 
  4.1.    payer une redevance au banquier pour sa productio  (răspuns la opinia nr. 4 )
    (mesaj trimis de anonim , in data de 05.09.2017, ora 17:00)
 
 On peut comparer la situation nationnale à celle d'un fermier vivant en auto-subsistance et qui devrait payer une redevance au banquier pour consommer sa propre production. Une minorité d'économistes, dont Maurice Allais, prix Nobel d'économie, conteste le système monétaire actuel. La majorité, quant à elle, fuit le débat ou manie l'enscensoir.
  L'usure donne aux banques un pouvoir faramineux


 
5.  Imobil cu destinatia de locuinta
    (mesaj trimis de Iulian în data de 04.09.2017, ora 14:14)  
  Daca tot umblați la Legea Darii în Plata va rog sa aveți în vedere clarificarea sintagmei "imobil cu destinația de locuința" care permite băncii, actualmente, sa conteste orice teren. Daca terenul este intravilan, într-o zona cu locuințe/clădiri de locuit, ar trebui sa fie clar pentru toată lumea ca destinația lui era de locuință și nu pentru activități comerciale. Nimeni nu contesta ca pe lângă casa poți sa cultivi și căpșuni, de exemplu. Ca nu ai reușit, din diferite rațiuni economice/sociale/etc., sa iți construiești și locuința avuta în vedere pe acel teren, și ai fost nevoit sa-l dai în plata, este cred de înțeles. Dar, asta nu înseamnă ca destinația acelui imobil, de natura terenului, este pentru agricultura. La fel cum, ca o comparație "în oglinda", într-un apartament la bloc, ai declarat la un moment dat, pentru un timp, sediul social al unui SRL. Pe care l-ai închis intre timp, de exemplu.


 
6.  ÉCLAIRAGE SUR UN SYSTÈME INACCEPTABLE
    (mesaj trimis de SR în data de 04.09.2017, ora 15:28)  
 ÉCLAIRAGE SUR UN SYSTÈME INACCEPTABLE
 «Le système monétaire actuel est fondé sur une escroquerie qui ne verra sa fin qu'avec l'expression d'un refus déterminé de la part des victimes, en l'occurrence chacun de nous. Par le budget, la collectivité nationale accorde à l'État les moyens financiers nécessaires au prélèvement d'une part de sa production de richesse pour la satisfaction des besoins collectifs. C'est un acte d'auto-subsistance. Pour combler les découverts budgétaires, la nation dispose de l'institut d'émission d'argent qui, en principe, devrait avoir le monopole de l'émission monétaire. Le rôle de la Banque de France était de procurer, à titre provisoire et sans intérêts, des capitaux au trésor public. Au lieu de cela, l'État délègue aux banques privées commerciales le pouvoir d'émettre de l'argent, leur emprunte avec intérêt, puis demande aux contribuables de régler la note... On appelle cela l'usure.
 Résultat : en quelques décennies, la charge de la dette nationale ainsi créée artificiellement va coûter au peuple français plus de mille milliards d'euros. En effet, s'ajoute à cela les 900 millions d'euros pour l'affaire Executive Life (encore une affaire louche entre le Crédit Lyonnais et les Américains). Et dernièrement, il y a pire que le Crédit Lyonnais avec la banque franco-belge DEXIA !
 «Un tel prélèvement injustifié contribue largement à entretenir la crise économique. On peut comparer la situation nationnale à celle d'un fermier vivant en auto-subsistance et qui devrait payer une redevance au banquier pour consommer sa propre production. Une minorité d'économistes, dont Maurice Allais, prix Nobel d'économie, conteste le système monétaire actuel. La majorité, quant à elle, fuit le débat ou manie l'enscensoir.
 L'usure donne aux banques un pouvoir faramineux
 Ceci est le résultat d'une étude publiée en l'an 2000 par l'ADED. Cette association s'est constituée pour compenser l'étrange silence de la classe politique dans son ensemble sur un sujet pourtant essentiel : la solution des problèmes sociaux les plus graves. Elle intervient auprès des candidats aux élections, des élus, et surtout de l'opinion publique. Elle est un instrument utile à chacun pour la défense de ses droits démocratiques vitaux. Elle demande le respect de deux règles d'or :
 - La restauration pour la nation du droit régalien d'émettre sa monnaie. Cela implique l'obligation pour les banques privées de n'accorder des crédits qu'en fonction de leurs dépôts.
 - La régulation de la masse monétaire en fonction de la production nationale (PIB en francs constants, par exemple).
 «Les droits du peuple conquis en 1789 resteront un leurre tant que ne seront pas repris les droits monétaires usurpés par les banques privées. Les monnaies métalliques en or et argent ayant disparu progressivement au début du XXe siècle, seule demeure la monnaie de crédit émise par les banques, une masse monétaire créée par les intérêts réclamés en cas de crédit. C'est une monétisation de l'usure, non la mise en circulation d'argent à partir du dépôt à la banque de revenus, ou autres actifs financiers représentant une propriété. Une révolution reste à faire.»
 Monnaie unique
 « En 2001, le passage à la "monnaie unique" n'est qu'une opération de consolidation du système frauduleux dans lequel nous vivons depuis si longtemps en mettant hors de portée des peuples une banque centrale européenne dite « indépendante » mais dominée souverainement par un conseil directeur constitué de quelques membres, imposant sa loi à trois cents millions d'européens. Spéculant sur la méconnaissance générale du domaine monétaire, les rédacteurs de l'article 104-2 du traité de Maastricht ont même poussé l'audace jusqu'à interdire aux instituts nationaux d'émission de monnaie de faire des avances à leurs États respectifs, c'est à dire : interdiction de remplir leur fonction. »
 C'est parce que l'argent gouverne le monde qu'il importe de savoir qui gouverne l'argent...
 Suite à la mondialisation et la centralisation du pouvoir, de l'argent, de la politique et de l'élite, le nouveau risque à craindre pour notre liberté à tous, ce serait bien l'union des deux plus puissantes monnaies de la planète : euro et dollar !
 Le journal anti-euro "Deutschlandbrief" (avril 2001) rapporte, comme une rumeur non confirmée, que des projets sont en préparation pour la création d'une méga-monnaie unique mariant le dollar à l'euro. Source
 
 ADED- BP 83 - LIVRY-GARGAN - Enveloppe timbrée pour la réponse.
 Droit régalien : droit attaché à la Souveraineté d'un Etat, comme celui de battre monnaie. Aujourd'hui, on pourrait dire : « droit républicain ». En France, le Franc-or émis par la Banque de France (institution napoléonienne) basé sur des réserves d'or, resta stable jusqu'en 1914, date de suppression de la libre convertibilité de la monnaie en or, monnaie-refuge en cas de crise ; alors que c'est justement l'entrée en guerre qui déclenche la crise. Les petits épargnants ne peuvent se rabattre que sur des titres en papier comme les emprunts russes : une vraie escroquerie ! Voici toute l'histoire : Escroquerie_Monetaire_Mondiale
 MASSE MONÉTAIRE
 L'acte de création monétaire accompli par les banques privées détermine un volume de monnaie de crédit en billets ou en écriture, donc un volume d'actifs monétaires et de monnaie fiduciaire en contrepartie de services financiers (placements), donc un volume d'actifs financiers. Ce volume correspond normalement aux besoins en liquidités de l'économie. Il doit ainsi y avoir ajustement, cohérence du fonctionnement des structures monétaires avec l'ensemble des facteurs économiques sur le plan national. D'une manière générale, le taux de croissance de la masse monétaire doit être le même que celui de la production - et du revenu. C'est normal, puisqu'ils sont dans une relation de contrepartie. Mais il arrive que la masse monétaire, à cause de l'usure, s'accroisse plus vite que la production.
 Lorsqu'on constate un accroissement malsain de masse monétaire, il faut analyser la manière dont s'est effectuée la création monétaire. Généralement, une mauvaise santé de l'économie se traduit par des difficultés pour les entreprises, et celles-ci s'endettent auprès des banques. Comme l'endettement est malsain, les créances monétisées - donc la création monétaire - présentent un caractère suspect, c'est-à-dire une perte de valeur. La monnaie perd globalement de sa valeur, ce qui entraîne une hausse des prix. C'est ainsi que la masse monétaire s'accroit, puisque le niveau général des prix s'est accru. Autrement dit, l'inflation est un signe annonciateur de difficultés économiques. Dans les années 70, les taux d'accroissement des masses monétaires des pays industrialisés se sont élevés jusque vers l'année 1979. On a connu une hausse des prix car la monnaie se dévaluait. Pour endiguer l'inflation, l'Etat a cherché à stabiliser les prix, mais le chômage a augmenté, résultat des licenciements et des faillites d'entreprises, qui devaient se restructurer en fonction de nouveaux marchés moins concurrenciels. La monnaie se revalorise lorsque la hausse des prix se ralentit et que la masse monétaire cesse de croitre.
 La monnaie de crédit. Les monnaies métalliques en or ou argent ayant disparu, seule demeure celle créée par les banques privées avec les intérêts récoltés sur l'épargne (l'usure). Les banques créent de l’argent à partir de rien puisqu’elles le prêtent à intérêt, augmentant leur capital chaque année. Quand une banque vous prête de l’argent qui n’existait pas avant que vous ne vous rendiez à la banque, elle y est autorisée par la loi. Tout à l’heure, j’ai dit que la Réserve fédérale s’engageait dans un partenariat avec le gouvernement fédéral. Son partenaire gouvernemental a promulgué des lois pour rendre légale cette arnaque. Les banques peuvent faire des choses qui nous conduiraient en prison, vous et moi. Mais les banques y sont autorisées parce que leur partenaire a dit : «D’accord, seules les banques peuvent faire ça.» Et une de ces choses est que les banques peuvent prêter de l’argent qu’elles n’ont pas et demander des intérêts. C’est ainsi que l’on crée de l’argent aux Etats-Unis et dans la plupart des pays occidentaux.
 Je vous donne un exemple. J’ai dit que le cartel est un partenariat entre les banques et le gouvernement fédéral. Or quand on crée un partenariat, c’est généralement parce que chaque partie y trouve son intérêt, sinon on ne le ferait pas. La question est donc la suivante: Pourquoi les banques et le gouvernement fédéral s’engagent-ils dans un tel partenariat ? C’est à cause de ce mécanisme qui permet de créer de l’argent comme par magie et qui profite aux deux partenaires, mais de manière différente.
 Commençons par le gouvernement. Il a besoin de beaucoup plus d’argent qu’il n’en récolte au moyen des impôts et c’est évidemment ce qui se passe aujourd’hui. Les politiques aiment dépenser de l’argent parce que plus ils en dépensent pour les prestations, pour les électeurs, plus ils obtiendront de suffrages, mais ils n’aiment pas lever des impôts parce que plus ils lèvent d’impôts, moins ils obtiennent de suffrages. Aussi s’efforcent-ils toujours de trouver des moyens de dépenser de l’argent ayant une autre source que les impôts. Mais comment faire ? Eh bien, c’est très simple: on l’emprunte. C’est ce que vous et moi faisons si nous voulons dépenser davantage que notre revenu. Si nous sommes solvables, la banque nous prêtera de l’argent. Certes, ça marche un certain temps mais tôt ou tard, vous devez rembourser votre emprunt et les intérêts. Et vous et moi ne pouvons emprunter que des montants limités et pour de courtes périodes. Mais dans le cas du gouvernement fédéral, les montants et la période sont illimités.
 Voici comment ça fonctionne. Mettons que le gouvernement fédéral désire emprunter de l’argent, plus qu’il n’en récolte par les impôts. La première chose qu’il fait est de se tourner vers le marché: il l’emprunte à des banques ou à des institutions internationales, à des sociétés financières, à d’autres pays, etc. On prête de l’argent au gouvernement fédéral en échange de bons du Trésor ou d’obligations, selon la durée de l’emprunt. Mais comme pour vous et moi, il vient un temps où il faut rembourser l’emprunt et payer les intérêts, le gouvernement n’a toujours pas assez d’argent provenant des impôts. Aussi doit-il emprunter à nouveau de l’argent pour rembourser le premier emprunt et payer les intérêts. Et le processus se répète et la dette nationale ne cesse d’augmenter, à l’infini. Il n’y a pas de limites à ce que les politiques sont apparemment capables d’emprunter.
 L’ar gent qui vient du secteur privé – vous et moi, caisses d’épargne, plans d’épargne retraite, autres pays, etc. – existe déjà mais il n’y en a jamais assez. Il en faut davantage. Le gouvernement a besoin de plus d’argent qu’il ne peut en obtenir de ceux qui lui en prêtent. Alors il se tourne vers la Réserve fédérale qui, à la suite d’un accord préalable, créera tout l’argent nécessaire à ce moment-là et semblera le lui prêter. Je dis «semblera» car ce qu’elle fait réellement, c’est de le créer pour le gouvernement fédéral. En réalité, ce n’est pas un prêt, c’est un service: elle crée de l’argent pour le gouvernement.
 Ainsi, les fonctionnaires du Trésor se rendent à la Réserve fédérale et disent: «Bon, J’ai encore besoin d’un milliard de dollars aujourd’hui. Nous n’avons pas assez d’argent provenant des impôts pour rembourser nos dettes et pas assez de prêteurs dans le secteur privé. Nous avons besoin d’un milliard.» Et la Réserve fédérale dit: «Très bien, le voilà.» Et le président de la Réserve fédérale leur signe un chèque. Bien sûr c’est une manière de parler: tout se fait en réalité par ordinateur, mais imaginons que le président de la Réserve fédérale signe un chèque d’un milliard de dollars au gouvernement fédéral. Le gouvernement le dépose sur son compte courant et se met à rembourser des traites avec cet argent. Mais cet argent versé au gouvernement fédéral n’existait pas auparavant. C’est comme si le gouvernement l’avait imprimé lui-même. Mais dans ce cas, il ne l’a pas fait, il a obtenu cet argent des banques.
 Et les choses deviennent si compliquées que les gens ne comprennent plus. Ils se disent: Le système bancaire nous dissimule quelque chose. Cet argent devait exister avant. Mais ce n’est pas le cas. Voilà comment on crée de l’argent pour le gouvernement. Celui-ci peut toujours faire confiance à son partenaire, la Réserve fédérale, pour créer tout l’argent dont il a besoin, ce qui lui évite de l’emprunter au secteur privé. Il est sûr que cet argent sera disponible en tout temps. Voilà pourquoi le gouvernement a conclu cet arrangement. Mais ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Si l’on s’en tient là, de nombreux observateurs diront: «Est-ce si terrible de créer de la monnaie pour le gouvernement et de lui faire payer des intérêts?» Mais la réalité est beaucoup plus complexe.
 Voyons l’autre aspect des choses. Suivons cet argent créé comme par miracle pour le gouvernement. Il va dans le système bancaire privé. Prenons par exemple 1000 dollars qui ont été versés à un employé des postes qui vous apporte votre courrier. Il travaille pour le gouvernement fédéral. Il a reçu un chèque de 1000 dollars provenant d’un milliard de dollars créés à partir de rien et offerts au gouvernement. L’employé postal ne peut pas imaginer que cet argent n’existait pas hier. Il s’en moque car le chèque a l’air valable et les banques vont l’accepter. Il se rend donc à sa banque et le dépose sur son compte courant. Maintenant les choses s’accélèrent. Cet argent entre dans le système bancaire commercial en tant que dépôt.
 Eh bien, si j’étais le directeur de cette banque, je ne pourrais pas aller dire aux gens du directoire: «Messieurs, j’ai une bonne nouvelle à vous annoncer. Ce client vient de déposer 1000 dollars dans notre vénérable banque. C’est une bonne nouvelle parce que des tas de gens viennent nous emprunter de l’argent. Ils savent que quand une banque a de l’argent à prêter, cela signifie généralement la baisse des taux d’intérêt et tout le monde est content. Un client pourrait me demander combien cette personne a déposé. Je dirais: 1000 dollars. Et il me dirait: «Ce n’est pas assez, je voudrais emprunter 9000 dollars pour acheter une voiture.» Et je devrais dire, comme dans un article du Punch: «Ne vous inquiétez pas, les opérations bancaires sont plus complexes que vous ne l’imaginez. Nous pouvons vous prêter 9000 dollars bien qu’on ne nous ait versé que 1000 dollars.»
 Et si quelqu’un demande comment c’est possible, la réponse sera: «Ne vous faites pas de souci, c’est possible, c’est légal, nous pouvons le faire. Nous créons ces 9000 dollars à partir de rien. Nous pouvons créer jusqu’à 9000 dollars chaque fois que l’on dépose 1000 dollars dans notre banque.»
 Et cet argent est créé comme par magie au moment où on le prête. Cela signifie que pour chaque milliard de dollars créé à partir de rien pour le gouvernement fédéral, 9 autres milliards sont créés par le système bancaire privé à partir de rien pour être prêtés à des gens comme vous et moi, à des sociétés, etc. Cela dit, nous utilisons cet argent à d’autres fins et la banque ne profite pas de cet argent, mais nous lui payons des intérêts comme si c’était de l’argent réel sacrifié par quelqu’un pour nous le prêter. Nous pensons réellement que nous empruntons de l’argent que quelqu’un a déposé dans la banque et que les intérêts sont justifiés parce qu’ils servent à payer la personne pour le sacrifice qu’elle a fait en mettant cet argent à notre disposition alors qu’en fait il avait été créé à partir de rien. Aussi payons-nous des intérêts sur du néant. C’est là l’arnaque dont je parlais. Voilà comment tout votre argent disparaît, et pas seulement aux Etats-Unis mais dans tout l’Occident. Si ce n’est pas une arnaque, je ne vois pas ce que c’est. (Texte d’Edward C. Griffin, Horizons et Débats)


 
Aceeasi sectiune (Banci Asigurari)
MESAJUL UNUI BANCOMAT ING BANK, DUPĂ CE CLIENTUL A INTRODUS BANII PENTRU ALIMENTAREA CONTULUI:
Actualitate - vezi toate știrile mai jos.
Internaţional, 10:39
     Acordul NAFTA va fi renegociat cu succes și nu va fi foarte diferit față de versiunea sa actuală, anticipează majoritatea analiștilor intervievați de Reuters în această săptămână.  click să citești tot articolul
Ediții precedente
Newsletter Facebook Twitter YouTube LinkedIn RSS
Jurnal Bursier
19.01.2018
BVB
     * Creșteri pe linie pentru toți indicii bursei
       Piața principală a Bursei de Valori București (BVB) a ieșit în evidență, în ședința de tranzacționare de ieri, prin volumul mare înregistrat de acțiunile BRD - Groupe Societe Generale (BRD), de...  click să citești tot articolul
19.01.2018
BURSELE DIN LUME / DATORITĂ REZULTATELOR COMPANIILOR
     Acțiunile de pe piețele din Europa au crescut ușor ieri, după recordurile consemnate în ziua anterioară pe Wall Street. Sectorul tehnologic a avut cele mai importante câștiguri, în baza...  click să citești tot articolul
18.01.2018
BVB
     * Deal de peste 9 milioane de lei cu titluri "Banca Transilvania"
       Piața principală a Bursei de Valori București (BVB) a ieșit în evidență, în ședința de tranzacționare de la mijlocul săptămânii, printr-o evoluție pozitivă atât în ceea ce privește cotațiile...  click să citești tot articolul
18.01.2018
BURSELE DIN LUME
     Titlurile societăților listate în Europa au scăzut ieri, după ce companii printre care "Burberry Group" Plc și "Skanska" AB au raportat rezultate financiare dezamăgitoare.  click să citești tot articolul
17.01.2018
BVB
     * Transferuri de 10,5 milioane de lei cu acțiuni "Banca Transilvania"
       Volumul înregistrat în cea de-a doua ședință de tranzacționare a săptămânii a fost de 38,87 de milioane de lei, peste cel din ședința precedentă, de 28,5 milioane de lei, dar sub valoarea medie...  click să citești tot articolul
17.01.2018
BURSELE DIN LUME
     Bursele din Europa au urmat un curs pozitiv ieri, exportatorii din regiune fiind impulsionați de deprecierea euro.  click să citești tot articolul
Cotații Internaționale

Curs Valutar

Curs valabil din data de 19 ianuarie 2018
1 Dolar australian...
1 Leva bulgărească...
1 Dolar canadian....
1 Franc elvețian...
1 Coroană cehă...
1 Coroană daneză...
1 Liră egipteană...
1 Euro...
1 Liră sterlină...
100 Forinți maghiari...
100 Yeni japonezi...
1 Leu moldovenesc...
1 Coroană norvegiană...
1 Zlot polonez...
1 Rublă rusească...
1 Coroană suedeză...
1 Liră turcească...
1 Dolar S.U.A...
1 Rand sud-african...
1 Real brazilian...
1 Renminbi chinezesc...
1 Rupie indiană...
100 Woni sud-coreeni...
1 Peso mexican...
1 Dolar neo-zeelandez...
1 Dinar sărbesc...
1 Hryvna ucraineană...
1 Dirham emirate arabe...
1 Kuna croată...
1 Bahtul thailandez...
1 Gram aur...
1 DST...
AUD
BGN
CAD
CHF
CZK
DKK
EGP
EUR
GBP
HUF
JPY
MDL
NOK
PLN
RUB
SEK
TRY
USD
ZAR
BRL
CNY
INR
KRW
MXN
NZD
RSD
UAH
AED
HRK
THB
XAU
XDR
3.0446
2.3834
3.0592
3.9727
0.1834
0.6259
0.2144
4.6614
5.2814
1.5077
3.4322
0.2250
0.4843
1.1167
0.0671
0.4742
1.0030
3.7984
0.3121
1.1846
0.5937
0.0596
0.3565
0.2042
2.7707
0.0393
0.1323
1.0341
0.6265
0.1191
163.0820
5.4816
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
..Lei
click aici pentru cursurile pieței valutare - istoric
English Section
19.01.2018
GIGI DRAGOMIR, REINSTATED AT THE ANRM
     * The dismissal of Gigi Dragomir as chairman of the ANRM, was one of the last decisions made by Mihai Tudose
     * The reinstatement of Gigi Dragomir as head of the ANRM, among the first decisions made by Mihai Fifor
     * Daniel Zamfir, PNL: "I hope that the reinstatement of Dragomir to his own job represent the admission of the mistake made by Tudose, concerning the obstructing of the updating of the reference price for natural gas"
       Former prime-minister Mihai Tudose and the current interim prime-minister Mihai Fifor, seem to have something in common, aside from the position they fill - they seem to be seriously concerned with the natural gas royalties.  click here to read the entire article
18.01.2018
AFTER THE ROW CONCERNING THE AMENDMENT OF THE REFERENCE FOR THE NATURAL GAS ROYALTY
     * Liberal senator Daniel Zamfir accused former prime-minister Mihai Tudose of sacking ANRM president Gigi Dragomir, for issuing an order which updated the methodology for the calculation of the royalty for natural gas, to match the market price
       The Romanian Association for Oil Exploration and Production (ROPEPCA) yesterday denied, in a press release, the "grave and unjustified" accusations made against the Romanian producers of natural gas, "accusations which concern the alleged insufficient payment of natural gas royalties", which it says are "being discussed in public increasingly often".  click here to read the entire article
17.01.2018
     The first hike of the policy rate in the last ten years, by 0.25 percentage points, is too small and has come too late to have a significant effect on inflationary expectations.  click here to read the entire article
17.01.2018
     Unless something happens to cause us to hurry, by this Friday, or by Monday-Tuesday at the latest, we will be able to say: "Now we've seen everything!" For a historic first time, Romania will have a woman as a prime-minister!  click here to read the entire article
10.01.2018
     * Sources: Dan Pazara is leaving together with Mariana Gheorghe
     * Christina Verchere has been appointed for the remaining part of Mariana Gheorghe's term, namely until April 16th, 2019
       The Supervisory Board of OMV Petrom yesterday appointed Christina Verchere as president of the Directorate and CEO of OMV Petrom, replacing Mariana Gheorghe.  click here to read the entire article
20.12.2017
     The red spot on the white paper becomes greenish, but maintains it's shape, when you move your eyes to the empty part.  click here to read the entire article
19.12.2017
     Approximately 700 magistrates from several courts and prosecutor offices in the country have gathered yesterday on the steps of the Bucharest Court of Appeal.  click here to read the entire article
18.12.2017
     * The Secretary General of the European Federation of Journalists has pledged to support with all his strength, the efforts of FAIR-MediaSind to halt the politicians' attacks on the independence of Romanian journalists
       The political assault on the freedom of the press in Romania, through the amendment of the laws of justice by the coalition in power, was one of the main issues today in the meeting of the Social Dialog Commission of the European Commission, which was attended, on behalf of Romania, Leonard Pădureț, president of the FAIR - MediaSind Culture and Mass Media Federation, together with executive president Cristi Godinac.  click here to read the entire article
14.12.2017
EXCLUSIVE:
     * "We need real and rational policy from the international community and not political tricks"
     * (Interview with his Excellency, Mr. Fuad Kokaly, the Ambassador of Palestine in Bucharest)
       The UN stated it was "extremely concerned over the risks of a violent escalation of the situation" after the decision of Donald Trump to unilaterally recognize Jerusalem as the capital of Israel, in a reunion of the Security Council in which the United States have appeared more isolated than ever, according to AFP.  click here to read the entire article
12.12.2017
AFTER BEING INVESTIGATED BY THE TAX ADMINISTRATION AND THE ANPC, BANKS GET INVESTIGATED BY THE COMPETITION COUNCIL
     * Chirițoiu: "We suspect an exchange of sensitive information on the banking market"
     * Dan Suciu, NBR: "The audits of the Competition Council can't be a reason for panic whatsoever"
     * Unannounced audit at Finmedia
     * The investigated institutions are at risk of being fined 10% of their turnover
     * Vasilescu: "The NBR has nothing to do with these investigations"
       The financial banking system seems to be the focus of most of the investigation entities. After being audited by the National Tax Administration Agency (ANAF) and by the National Consumer Protection Authority (ANPC), some of the banks which operate in Romania have also been investigated by the Competition Council (CC).  click here to read the entire article
11.12.2017
THE COURT RULED THAT SOME CONTRACTS CONCLUDED BY CELL PHONE COMPANIES INCLUDE ABUSIVE CLAUSES
     * The Bucharest Court of Appeal Bucharest yesterday ruled that RCS&RDS has abusive clauses in its contracts
     * The ANPC has also won the initial lawsuit against Telekom România
     * Vodafone has lost the case in the court of last instance against the ANPC
       The Courts have decided that some contracts concluded by the telephony companies contain abusive clauses. The Court rulings were rendered last year, as well as in 2016, but the argumentations have been formulated relatively recently.  click here to read the entire article
08.12.2017
     The hope of an accession as quick as possible by Romania to the Eurozone was dealt a heavy blow precisely on the National Day.  click here to read the entire article
06.12.2017
AFTER THE DRAFT HAD BEEN PUBLISHED IN OCTOBER
     * Gheorghe Șimon: "The royalties law will be voted in the Parliament in February next year"
     * Ministry of the Economy: "We will establish royalties which are fair both for the state as well as for the business sector"
     * Daniel Cătălin Zamfir, PNL: "I found out that there are companies that have never, take note, never paid even one leu in royalties to the Romanian state, even though they have been exploiting resources for over 20 years"
     * Last year, the Court of Auditors announced that Romania lost 1.4 billion dollars, because the ANRM established the oil royalties in a flawed manner
       The entire legislative package concerning the regulation of the system for the regulation of the mineral, oil and hydromineral resources will be revised and will be voted in the Parliament in February next year, Economics minister, Gheorghe Șimon, announced yesterday, after the debates of the Economic, Industries and Services Commission of the Senate.  click here to read the entire article
28.11.2017
AFTER THE TRANSACTION BETWEEN BANCA TRANSILVANIA AND BANCPOST
     * Customers with borrowers in CHF from Bancpost are waiting for a conversion program with a discount
       After moving to second spot last year in the domestic banking system, through the acquisition of Volksbank, Banca Transilvania (BT) ends up on equal footing with BCR, taking over Bancpost, from Greek group Eurobank.  click here to read the entire article
27.11.2017
     * MAKE, BURSA: "I want the new CEO of the BSE to participate in the drafting of a new strategy for the development of capital market"
       On Thursday night, "BURSA" received the Award for the promoting of high standards of corporate governance on the capital market, as part of the 2017 Capital Market Awards Gala, organized by the Association of Brokers.  click here to read the entire article
.