RAPORTUL PRIVIND SISTEMUL BANCARANPC - 46 de acţiuni in instanţă, împotriva băncilor

Alexandra Cismaru
Bănci-Asigurări / 30 august 2017

Mihai Tudose (Sursa foto: Gov.ro)

Mihai Tudose (Sursa foto: Gov.ro)

  • document ataşat VEZI RAPORT ANPC
    apasă aici pentru a descărca.

    Actualizare 21:30

    ANPC a înaintat în instanţă, în perioada 2016-2017, în baza Legii nr. 193/2000 privind clauzele abuzive din contractele încheiate între profesionişti şi consumatori, un număr de 46 de acţiuni împotriva instituţiilor de credit. Hotărârea instanţei se va aplica tuturor contractelor de acelaşi tip încheiate de respectivă instituţie de credit, potrivit raportului ANPC dat în această seară publicităţii, la solicitarea premierului Mihai Tudose.

    De asemenea, şaptesprezece bănci au fost verificate de către ANPC, în perioada 27.11.2015 - 31.03.2016, potrivit raportului Autorităţii. Pentru abaterile constatate, ANPC a aplicat avertismente, amenzi contravenţionale, în valoare totală de 295.000 lei, şi a dispus măsura de remediere în termen de 30 zile a deficienţelor constatate.

    Raportul ANPC susţine că au fost încheiate 249 procese verbale de constatare a contravenţiei, cu amenzi în valoare totală de 1.743.000 lei. De asemenea au fost restituite consumatorilor sume în valoare de 1.097.773,31 lei, 112.161,29 euro, 361.828,78 CHF şi 361,13 USD, urmare a acţiunilor ANPC de cercetare a reclamaţiilor. La nivel naţional au fost instrumentate 10.476 reclamaţii.

    Controlul la IFN-uri - sancţiuni contravenţionale, în valoare totală de 337.000 lei

    În perioada 08.05.2017 - 16.06.2017, ANPC a desfăşurat o acţiune tematică naţională de verificare a respectării prevederilor legale privind protecţia consumatorilor la încheierea contractelor de credit, cu sau fără ipotecă, de către instituţiile financiare nebancare, încheiate în intervalul 01.02.2017 - 05.05.2017.

    În cadrul operaţiunii au fost verificate 40 de instituţii financiare nebancare. Pentru abaterile constatate s-au aplicat sancţiuni contravenţionale, în valoare totală de 337.000 lei; s-au dispus măsuri de remediere a deficienţelor constatate în termen de 15, respectiv 30 de zile; măsuri de aducere la conformitate cu prevederile legale a contractelor în termen de 15, respectiv 30 de zile; măsuri de încetare a practicilor comerciale incorecte; măsuri de restituire a sumelor încasate fără temei legal în termen de 15 zile; măsuri de corectare a oricăror neconformităţi cu prevederile legale constatate în termen de 15 zile, precum şi măsuri de suspendare a derulării campaniilor publicitare până la intrarea în legalitate. Până în prezent au fost instrumentate 6.137 reclamaţii. La nivelul structurii centrale, au fost încheiate 57 procese verbale de constatare a contravenţiei, cu amenzi în valoare totală de 489.000 lei, şi au fost restituite, până în prezent, consumatorilor sume în valoare de 489.155,73 lei, 20.082,93 Euro, 13.724,76 CHF şi 252,23 USD, urmare a acţiunilor ANPC în cercetare a reclamaţiilor.

    În perioada 2016-2017, au fost emise 9 Ordine în baza prevederilor Legii nr. 363/2007 privind practicile comerciale incorecte, respectiv în baza OUG nr. 50/2010 privind contractele

    de credit pentru consumatori prin care s-a dispus încetarea practicilor comerciale incorecte, respectiv aducerea la conformitate cu prevederile legale a contractelor.

    (A.S.)

    -------

    Premierul a cerut publicarea raportului ANPC despre bănci

    Premierul Mihai Tudose a cerut, în deschiderea şedinţei de Guvern de astăzi, publicarea raportului ANPC, în urma controalelor efectuate în sistemul bancar.

    Tudose a declarat: " Am şi eu o rugăminte mare către Ministerul Economiei, domnule secretar de stat, la mine a ajuns o sinteză a acţiunilor de control făcută de ANPC în sistemul bancar, dat fiind faptul că ANPC-ul este în subordinea, în coordonarea dumneavoastră vreau ca acest raport să fie pe site public. Da? Că nu e nimic secret, că de asta l-a făcut ca să ştim ce e acolo. Nu l-am citit, recunosc, dar dacă e aşa de gros şi frumos cred că va fi o lectură interesantă pentru toată lumea. Că nu e de uz intern, da?".

    Opinia Cititorului ( 18 )

    1. Foarte bine, cine merita sa fie sanctionat, dar sa pui impozit pe activele bancii este o crima. Activele reprezinta in principal depozitele populatiei si agentilor economici, care la randul lor se imprumuta din aceste active, pe langa guvern.

      1. Depozitele sunt pasivele bancii, iar creditele sunt activele. Prin urmare, activitatea de creditare se vrea taxata.

        [Mesaj eliminat, conform regulamentului.]

        ACTIVELE BANCII sunt locuintele care au fost executate silit de banci.

      E foarte simplu.

      Populism prost la maxim ca sa fie la putere sa poata sa-si faca interesele.

      Nule pasa decat d einteresul lor, sa fure, sa-si dea pensii si salarii, sa plateasca marea masa. 

      O idee f buna. Transparentizare

      BANCI, ATI DAT DE DRACU'!

      1. La manipulation actuelle des systèmes de la monnaie et des changes constitue le scandale le plus important et aux conséquences les plus marquées de notre époque. Pour la première fois, l’escroquerie monétaire atteint des dimensions mondiales, car elle a lieu sur toute la planète, elle ne peut plus être contrôlée, arrêtée ou empêchée par aucun gouvernement et elle a même lieu de manière formellement légale, conformément à des lois nationales désuètes. Toutefois, il est certain que l’escroquerie monétaire, comme toute autre escroquerie, ne peut pas enrichir à long terme les malfaiteurs par l’appauvrissement de leurs victimes, puisque l’on ne peut abuser d’aucun système monétaire libéral à long terme.

        Selon la théorie financière, la monnaie est un moyen d’échange légalisé, qui conserve de surplus sa valeur. C’est pourquoi elle était jadis un monopole de l’État (droit de battre monnaie). Les pièces d’or, d’argent et de cuivre qui circulaient comme monnaie étaient battues par l’État. Celui-ci garantissait aussi la pureté du métal et le poids des monnaies, de sorte que l’on savait à tout moment, dans le pays comme à l’étranger, quelle était la valeur de chaque pièce. Ainsi, les pièces de monnaie étaient simultanément moyen d’échange et valeur durable. 

        • Mais pour battre monnaie, l’État doit avoir de l’or et de l’argent. Il était donc important qu’il disposât de mines d’argent par exemple (Rammelsberg près Goslar), ce qui lui permettait de battre des monnaies supplémentaires en argent. Inversement, les citoyens savaient que l’État ne pouvait battre monnaie que dans la mesure où il disposait des métaux précieux correspondants. L’approvisionnement en métaux précieux était donc la base de la monnaie de métal précieux en circulation (monnaie d’or en circulation). 

        De la monnaie réelle à la monnaie fiduciaire 

        Cependant, des princes ont toujours tenté de se procurer davantage de monnaie qu’ils n’avaient de métal précieux en réduisant la part des métaux précieux dans l’alliage des pièces. Il en est résulté que les marchands et bourgeois ont cédé la mauvaise monnaie, mais gardé la bonne jusqu’au moment où, tous étant au courant, il a fallu refondre la mauvaise monnaie. Des pièces d’or ont circulé jusqu’à la Première Guerre mondiale. 

        • Une monnaie d’or en circulation a cependant l’inconvénient que l’augmentation de l’or n’atteint pas la croissance économique, de sorte qu’un manque d’or déflationniste peut empêcher une forte croissance économique. C’est pourquoi de nombreux États sont passés à une monnaie d’or indirecte: ils disposaient d’un trésor d’or d’un certain montant en or, à partir duquel ont été émis des billets de banque qu’il était plus aisé de transporter, de compter et de détenir en grande quantité. Leur valeur résultait de la faculté de présenter à tout moment les billets à la banque centrale et de les y échanger contre la quantité correspondante d’or ou d’argent (billets convertibles en métal précieux). De cette manière, l’État pouvait émettre davantage de monnaie fiduciaire qu’il ne possédait de métal précieux, peu de détenteurs de monnaie insistant d’habitude sur l’échange de billets en or. Normalement, un volume de moins de 10% d’or suffisait à un volume de billets de 90%. 

        • Le système fonctionnait dans le monde entier. En effet, des pays dépourvus d’or garantissaient aux détenteurs de leurs billets un cours fixe de change par rapport aux monnaies convertibles en or. Tant que cette garantie de change existait, les bourgeois étaient certains de pouvoir échanger – à vrai dire par le biais d’un double échange (étalon de change-or) – leur monnaie fiduciaire contre des pièces de métal précieux et avaient ainsi tout au moins une garantie indirecte de la valeur de leur monnaie. 

        De la monnaie d’État à la monnaie privée 

        L’étape décisive menant à l’abandon de la monnaie d’État a été la fondation, en 1913, du Système fédéral de réserve des États-Unis. Bien que la constitution américaine ne prévoie que l’or et l’argent comme monnaies légales, un cartel fondé par des banques privées et dirigé par les deux grands groupes financiers Rothschild et Rockefeller a créé une banque centrale privée ayant droit d’émettre sa propre monnaie, devenue moyen légal de paiement et garantie initialement par le gouvernement des États-Unis. Après la Première Guerre mondiale, cette banque privée a racheté les réserves d’or mondiales. Il en est résulté que de nombreuses autres monnaies n’ont plus pu maintenir leur étalon-or et ont sombré dans la déflation (première crise économique mondiale). 

        • A la fin de la Deuxième Guerre mondiale, l’instauration d’un nouvel étalon dollar-or a été donc décidée en 1944 à Bretton Woods. Pendant la guerre mondiale, les États-Unis ont exigé des belligérants le paiement d’armements en or. L’or de l’Allemagne a dû être remis comme butin. Ainsi, plus de 30000 tonnes d’or venant du monde entier se sont accumulées aux États-Unis, soit davantage que dans tous les autres pays réunis. Cet or a servi de couverture au dollar. Mais comme les banques centrales du monde détenaient une grande partie des dollars à titre de réserves monétaires, les États-Unis ont pu émettre davantage de monnaie que leur quantité d’or. L’étranger avait en effet besoin de dollars pour acheter les matières premières traitées uniquement en cette monnaie. Outre l’or, le dollar est donc devenu toujours davantage une réserve monétaire des autres banques centrales. Le règne du dollar sur le monde avait commencé. 

        • En 1971, le président des États-Unis, Richard Nixon, a supprimé l’obligation de convertir le dollar en or (étalon dollar-or) et, simultanément, la responsabilité de l’État à propos du cours du dollar. Depuis lors, la devise américaine n’est plus couverte ni par de l’or ni par la garantie de l’État, mais demeure la monnaie privée libre du Système fédéral de réserve (la Fed). Le dollar et toutes les autres monnaies du monde ne conservent par conséquent plus de valeur, mais est un simple moyen de paiement imprimé et légalisé. 

        • Si la loi peut obliger à accepter une monnaie non couverte comme moyen d’échange, il ne peut en faire de même comme moyen de conservation de la valeur. Dans ce cas, la confiance du détenteur de billets que la valeur de sa monnaie est assurée à long terme est nécessaire. A son tour, le cours à long terme – la confiance – d’une monnaie flexible dépend uniquement de la rareté de cette monnaie ou du volume de la masse monétaire. Le problème est que la masse des biens n’a que quadruplé durant les trente dernières années alors que la masse monétaire s’est multipliée par quarante. 

        • Or, une augmentation de la masse monétaire implique toujours de l’inflation. Et l’inflation entraîne une dévalorisation de la monnaie. On a recouru à trois solutions pour résoudre ce problème: 

        Dès la fondation de la Banque fédérale d’Allemagne, la science financière allemande avait exigé l’établissement d’un «quatrième pouvoir» en faveur de l’institut d’émission pour permettre à celui-ci de résister aux pressions visant à un excès de masse monétaire et, partant, de se fier au maintien de la valeur monétaire. En fait, la Banque fédérale était tenue, de par la loi, de préserver la valeur du mark (théorie de la monnaie neutre) et était indépendante de l’État dans une forte mesure. Dans ces conditions, le mark, monnaie la plus stable du monde, a été utilisé toujours davantage comme monnaie de réserve et monnaie de placement. 

        La plupart des autres États ont préféré une monnaie axée sur la quantité. Ils ont obligé leurs banques centrales à déterminer leurs masses monétaires d’après certains objectifs, tels la croissance économique ou le plein-emploi. La politique nationale a profité de cette évolution pour exercer son influence sur la banque centrale et sur la monnaie, ce qui a régulièrement entraîné une inflation de la masse monétaire (exemples: France, Italie, Espagne). 

        En revanche, la plupart des dictatures des pays en voie de développement et la Fed ont préféré une «monnaie quantitativement libre», c’est-à-dire une monnaie dont les excès par la politique ou les propriétaires privés du Système de réserve ne sont pas limités par la loi. Une «monnaie quantitativement libre» a toujours signifié «monnaie dont on peut abuser librement» et n’a jamais fonctionné à long terme. 

        Point essentiel, il ne faut pas sous-estimer les tensions auxquelles sont soumis les cours des changes lorsque évoluent parallèlement des monnaies, tel le mark, dont les banques d’État émettrices préservent la valeur, et des monnaies de banques d’État assujetties, voire de banques privées, qui sont manipulées selon les objectifs de l’émetteur: comme la Banque fédérale d’Allemagne a maintenu la valeur du mark relativement stable et que celle d’autres monnaies importantes a diminué toujours plus fortement en raison de l’augmentation de la masse monétaire et de l’inflation, les détenteurs de monnaie se sont efforcés tout naturellement d’investir à long terme en monnaies fortes et d’éviter les monnaies faibles. 

        • Depuis lors, aucune monnaie du monde n’a plus quelque base de valeur que ce soit, la monnaie mondiale s’est détachée de toute valeur réelle, les billets sont imprimés sans arrêt et leur valeur diminue continuellement en raison de leur augmentation constante. Si les gens croient toujours que le papier-monnaie qu’ils détiennent a une valeur fixe, cela résulte de manipulations habiles des changes donnant l’illusion d’un rapport de valeurs. De fait, les changes sont manipulés par les groupes qui engendrent aussi l’augmentation de la masse monétaire. 

        • Pratiquement, le Système fédéral de réserve privé guidé par la haute finance des États-Unis et appartenant à celle-ci a atteint l’importance d’un système de monnaie mondiale: 

        Le dollar, monnaie privée de la Fed, domine déjà le monde de par sa masse monétaire. Plus de 75% de la monnaie mondiale sont des dollars. 

        La haute finance des États-Unis a obligé aussi les marchés des matières premières qu’elle contrôle à ne vendre leurs produits qu’en dollars. Qui ne vend pas son pétrole contre des dollars sans valeur est déclaré terroriste (Saddam). 

        Les banques centrales des autres pays ont été également forcées d’accepter des dollars comme réserves monétaires dans des proportions croissantes (plus de 90% dans le cas de la Banque centrale européenne). La valeur des autres monnaies – tel l’euro – découle donc à raison de plus de 90% de billets en dollars sans valeur, ne reposant que sur la puissance et la volonté de la haute finance américaine. 

        Les banques centrales étrangères ont été amenées avec ou sans douceur (Suisse) à céder ou à «prêter» leurs réserves d’or contre des dollars. Ainsi, l’or du monde s’est de nouveau concentré, comme avant la première crise économique mondiale, chez les propriétaires de la Fed, de sorte qu’un système de l’étalon-or ne pourrait être réinstauré que conformément à leur volonté et qu’ils feraient l’affaire du siècle du simple fait d’une réforme monétaire entraînant une nouvelle fixation du prix de l’or (Greenspan: «peut-être jusqu’à 6000 dollars»). 

        La haute finance des États-Unis détermine donc par l’intermédiaire de la Fed, qui lui appartient, la monnaie et les changes du monde entier. Le dollar est la monnaie privée de cette haute finance. Il n’est garanti par personne d’autre, mais est maltraité autant que faire se peut, accru et modelé en instrument de sa domination sur le monde et du vol de toutes les matières premières et valeurs réelles importantes. 

        • En augmentant sans scrupules la masse des dollars, la haute finance des États-Unis s’est procuré des liquidités illimitées, qui lui permettent d’acheter le monde entier. Par cette émission, l’État américain peut émettre davantage de dollars qu’il n’en reçoit (endettement débridé). Aussi bien la haute finance dominatrice des États-Unis que le gouvernement qu’elle domine profitent donc de l’augmentation de la masse monétaire. Par conséquent, le volume des dollars s’est accru toujours plus vite ces dix dernières années. 

        • De même, les dettes de l’État ont augmenté considérablement envers l’étranger. Le gouvernement des États-Unis commande donc de plus en plus de biens réels à l’étranger, qu’il paie par des billets sans valeur – la forme moderne du tribut. 

        • Il faut attribuer à une mise en scène et à un chantage habiles le fait que cet accroissement sans limite des dollars n’a pas entraîné depuis longtemps la chute de cette monnaie et le refus des clients de l’accepter: la haute finance et le gouvernement des États-Unis forcent économiquement et politiquement depuis des années les principales banques centrales du monde (Banque centrale européenne, Banque du Japon, Banque de Chine, etc.) à garder des dollars sans valeur accumulés lors d’exportations ou d’achats de valeurs réelles et à les détenir comme réserves de devises constituant soi-disant de la valeur. Cela signifie pratiquement que les banques centrales de Chine, du Japon et d’Europe accumulent en quantités toujours plus fortes, comme réserves monétaires prétendument de valeur, les dollars sans valeur leur parvenant à la suite des livraisons de biens de leurs ressortissants. La monnaie des États satellites est donc déjà garantie par des dollars dont la valeur diminue toujours davantage; elle a aussi perdu pratiquement sa valeur. Ainsi, toutes ces monnaies naviguent sur le même bateau de la dévaluation, les promoteurs de l’augmentation de la masse monétaire à New York et Washington ainsi que leurs aides augmentant la masse monétaire dans les banques centrales des États satellites. 

        • Toutefois, le débiteur que sont les États-Unis décide lui-même dans quelle mesure il plumera finalement ses financiers par une dévaluation officielle du dollar et se débarrassera de son endettement à leurs frais. L’étranger, qui détient 80% des dollars, subira surtout les effets de la dévaluation de cette monnaie. Le débiteur a toute latitude pour déterminer dans quelles proportions il dévaluera ses dettes et dépouillera ainsi ses créanciers. 

        • Cependant, la manipulation des cours fait croire au public que les monnaies manipulées et accrues sans limite ont toujours un cours solide. 

        • Si les détenteurs de monnaies savaient qu’ils n’ont au fond que du papier en mains, mais que tout dépend des manipulations, des abus, de la puissance et des objectifs de la haute finance des États-Unis, la vitesse de circulation de la monnaie augmenterait davantage en raison du refus d’accepter la monnaie, une fuite dans les valeurs réelles aurait lieu, il s’ensuivrait une inflation s’accélérant dramatiquement, voire galopant, la dévalorisation accomplie depuis longtemps des investissements en valeur nominale (papiers monétaires, obligations, fonds de placement, etc.) entraînerait un deuxième krach, la dévalorisation entraînerait la ruine du secteur financier, qui devrait faire face à des procès en dommages-intérêts, si bien qu’une réforme monétaire deviendrait inévitable. 

        Malgré une dévalorisation dramatique, l’illusion de la valeur de la monnaie est encore maintenue artificiellement par l’obligation de considérer les billets comme moyens de paiement légaux. Les profiteurs de ce système sont non seulement la haute finance de États-Unis qui, par sa Fed, place dans le monde des masses de dollars toujours plus considérables, mais aussi des banques centrales menant le même jeu, telles la Banque centrale européenne (BCE) et la Banque du Japon. Les directions de ces instituts savent fort bien à quel point le dollar a perdu toute valeur, mais confortent toujours l’illusion du dollar moyen de paiement légal, se sont tues pour des raisons politiques et ont couvert leur propre monnaie par des réserves monétaires libellées en dollars sans valeur. Si une réforme monétaire avait lieu, la BCE notamment serait dépourvue de valeurs. La présence de l’or se limite vraisemblablement à une simple créance et ne consiste donc plus en or réel. La plupart du temps, il est prêté prétendument en nature à la Fed, qui le prête à son tour, si bien qu’il n’est plus saisissable en cas d’effondrement. Le système repose sur le fait qu’un abus n’est ni discuté ni ne fait l’objet d’une publication. 

        • Fait n°1: Les masses monétaires mondiales ont été tellement accrues et ont une base si fragile (dollars, euros, yens, etc.) que les monnaies correspondantes n’exercent plus de véritable fonction de conservation de la valeur, si importante aux yeux du citoyen. 

        • Fait n°2: Seules la manipulation et la tromperie à propos d’une valeur de la monnaie qui n’existe plus préservent artificiellement la fonction d’échange des monnaies. 

        • Fait n°3: Le dollar, monnaie privée de la haute finance américaine, a rompu depuis longtemps tous ses liens avec une valeur réelle (l’or) ou avec une masse monétaire déterminée. Il a donc non seulement perdu sa fonction de conservation de la valeur, mais ne trompe plus le monde, à propos d’une valeur d’échange prétendue de la monnaie privée dévalorisée par une augmentation sans limite, que par des manipulations de cours sur l’ensemble de la planète. Seules cette tromperie et la puissance de la haute finance des États-Unis alimentent encore une «confiance» artificielle dans le dollar. En revanche, si les participants au marché savaient qu’ils n’ont en main, avec la valeur nominale du billet, que la promesse sans valeur de particuliers dans lesquels ont ne peut depuis longtemps plus avoir confiance, qui abusent constamment de leur pouvoir de manipuler la valeur de la monnaie, cette confiance se serait effondrée depuis longtemps. 

        • Il en va des actions comme de la monnaie. La plupart de ces titres n’ont plus de substance et ne recèlent que de l’espoir. Celui qui a cru avoir beaucoup gagné lors de la hausse fulgurante des actions a appris par le krach que l’action ne comporte, outre la valeur du papier, que de l’espoir, mais que celui-ci peut disparaître facilement. Le gain ou la perte dans le jeu de la Bourse sont de simples espérances et non des valeurs réelles. Tel est aussi le cas de la monnaie. La seule valeur réelle est celle du papier. Le reste est une confiance dans des puissances financières mondiales corrompues, mais fortes. 

        La mainmise sur les valeurs réelles au moyen d’une monnaie-fiction 

        Si les participants au marché savaient que notre système monétaire repose finalement sur la monnaie privée qu’est le dollar et que cette monnaie dépend uniquement des souhaits de manipulation et d’abus de l’oligarchie financière, ils perdraient confiance dans la monnaie, ne considéreraient plus celle-ci comme moyen de conservation de la valeur, mais tenteraient d’échapper à la dévalorisation constante de la monnaie en se réfugiant dans les valeurs réelles. 

        • Or telle est l’action de ceux qui, cachés derrière la Fed, procèdent à la plus forte augmentation de la masse monétaire de tous les temps. Depuis des décennies, ils achètent avec une monnaie perdant de plus en plus de sa valeur toutes les valeurs réelles qu’ils trouvent: stocks de matières premières, complexes industriels, immeubles et presque chaque société financière étrangère à peu près intacte par une reprise amicale ou hostile, à presque n’importe quel prix. Non seulement la haute finance des États-Unis accumule les valeurs réelles mondiales, mais aussi l’État importe depuis des années, contre de la monnaie de papier au fond sans valeur, davantage de valeurs réelles du monde qu’il n’en peut payer et s’endette ainsi sans limite envers l’étranger – tant que les créanciers étrangers croient encore à la valeur du dollar ou peuvent être obligés, par chantage politique, de prendre comme réserves monétaires ces dollars pourris. 

        Monopoles formés grâce aux valeurs réelles 

        De cette manière, la haute finance qui se cache derrière la Fed a acquis contre ses dollars pourris, grâce à une politique ciblée de valeurs réelles, des secteurs entiers du marché et a constitué ainsi des monopoles ou oligopoles dans les domaines suivants: diamants, or, cuivre, zinc, uranium, télécommunications, presse et télévision, denrées alimentaires (Nestlé, Coca-Cola), de grandes parties de l’industrie de l’armement et de l’espace, etc. 

        • Actuellement, une tentative de monopole tente de contrôler le secteur de la génétique. Les animaux et plantes qui ont subi des manipulations génétiques sont stériles. Si l’on peut donc manipuler les gènes de toute une région, les paysans ne peuvent plus utiliser les céréales qu’ils ont récoltées et doivent acheter les semences d’une entreprise au prix qu’elle fixe. 

        Une autre monopolisation a lieu actuellement sur le marché du sucre: le marché du sucre de l’UE est régi de manière à préserver aux paysans leur production de sucre de betteraves, qui est d’une nécessité vitale pour nombre d’entre eux. Or le sucre de betteraves est plus cher que le sucre de canne du cartel américain qui croît sous les tropiques. Nestlé et Coca-Cola, qui appartiennent à la haute finance des États-Unis, exigent maintenant, de concert avec les scientifiques et politiciens qui en dépendent, une «libéralisation du marché du sucre» et la revendiquent dans les instances internationales (GATT, Mercosur). Dès que cette libéralisation sera imposée, le sucre de betteraves cher ne pourra plus se maintenir face au sucre de canne bon marché, la production européenne de sucre s’effondrera définitivement et le marché du sucre – tout d’abord bon marché, puis cher – sera inondé par le cartel du sucre de canne contrôlé par la haute finance des États-Unis. 

        • Le cas Primacom démontre par quelles méthodes la haute finance des États-Unis accapare des branches entières: cet exploitant de réseaux par câble a une situation très lucrative, mais est depuis longtemps dans le collimateur de la haute finance des États-Unis (monopolisation des télécommunications). Celle-ci s’est infiltrée depuis longtemps dans le management de Primacom, puis lui a accordé un prêt à un taux d’intérêt dépassant 30%. Par conséquent, cette entreprise florissante a connu des difficultés et est devenue, aux yeux de la banque américaine, propre à une OPA très bon marché. Le jeu traverse actuellement sa dernière phase. 

        • L’émissaire de la haute finance américaine Ron Sommer a tenté de se livrer à un jeu analogue avec Deutsche Telekom. La haute finance des États-Unis accumule les sociétés du secteur des télécommunications pour créer un monopole mondial. Pour ce faire, l’émissaire Sommer lui a acheté une petite entreprise du secteur des télécommunications à un prix ($­­­ 30 milliards) supérieur de trente fois à sa valeur, afin que cette haute finance puisse racheter Telekom avec son propre patrimoine. La deuxième étape consistait à rendre les actions Telekom si bon marché que l’investisseur américain puisse les acheter à bas prix. Sur ce point, Rom Sommer a échoué. Toutefois, cet échec ne fera que retarder, sans les empêcher, les plans de reprise de la haute finance américaine. La privatisation et le rachat d’entreprises des télécommunications continuent, conformément aux plans dressés. 

        • Un jeu analogue se déroule sur le marché mondial de l’énergie. En Allemagne, EON et RWE y participent visiblement, la haute finance des États-Unis ayant déjà envoyé ses hommes de confiance dans les banques et managements décisifs pour les candidats à la reprise. En 20 ans, elle veut aussi monopoliser l’eau du monde, selon les indications de son représentant Brzezinski. 

        La réforme monétaire et les valeurs réelles 

        Une interprétation correcte des plans de la haute finance mondiale aboutit à la conclusion que la masse monétaire doit être accrue et dévalorisée jusqu’à ce que toutes les valeurs réelles importantes du monde soient achetées et monopolisées. La haute finance sait bien que son accroissement de la masse monétaire ne saurait passer inaperçu et que, à un moment donné, la confiance en un dollar inflationniste disparaîtra. L’éclatement d’une crise de confiance fera de l’inflation encore contrôlée une inflation galopante, qui aboutira forcément à une réforme monétaire. 

        • Or, il s’agit d’un avantage dont bénéficiera aussi bien la haute finance que les États-Unis: 

        Préalablement, la haute finance a acheté assez de valeurs réelles avec des dollars pourris, et ces valeurs réelles ne seront pas touchées par la réforme. La haute finance aura ainsi converti à temps de l’argent pourri en patrimoine de valeur. Comme elle a constitué des monopoles mondiaux dans de nombreux domaines, elle peut imposer des prélèvements à tout moment au monde, grâce à des prix de monopole. Les dominateurs du monde auront donc comme revenu non plus des impôts, mais des revenus de monopoles. Personne ne pourra empêcher la haute finance de relever de 10, 20 ou 30% les prix de l’or, des diamants, du cuivre, du zinc, de l’eau, des semences ou de l’énergie et d’imposer ainsi des prélèvements spéciaux à l’ensemble de la population mondiale. Il n’y a encore jamais eu de telle puissance financière dans le monde ayant constitué un tel péril pour l’ensemble de la population. 

        Rusée, la haute finance des États-Unis a principalement déversé ses dollars pourris à l’étranger. Plus des trois quarts des dollars ne sont plus aux États-Unis, mais se trouvent dans les États créanciers de ce pays. En effet, les États-Unis se sont de plus en plus endettés envers l’étranger ces dernières années. L’étranger a livré des produits et reçu en échange des dollars sans valeur. Toutes les banques centrales étrangères sont remplies de dollars pourris. Si ceux-ci sont subitement dévalués, plus des trois quarts du dommage toucheront les banques centrales, les banques, les États et les opérateurs hors des États-Unis. Les banques centrales européennes pourront alors regretter d’avoir échangé leur or contre des dollars pourris et d’avoir constitué de la monnaie formelle comme base (réserves monétaires) de leur propre monnaie, tels le yen et l’euro. Si le cours de la monnaie-clé, le dollar, s’effondre, celui des monnaies satellites subira le même sort, sa seule base étant un montant en dollars pourris. En d’autres termes: la réforme monétaire qui se prépare déclenchera forcément une réforme de toutes les monnaies mondiales, dont le dollar pourri constitue encore la principale réserve monétaire. 

        Le fait que tout accroissement continuel d’une monnaie privée – le dollar – par le Système fédéral de réserve appartenant à la haute finance des États-Unis doive forcément entraîner un pourrissement du dollar, une inflation de plus en plus forte et, finalement, une réforme monétaire est une certitude fondamentale de la science financière, et même Greenspan et ses collaborateurs devraient en être conscients. 

        De la réforme monétaire à la monnaie mondiale 

        Imprudemment, Greenspan a indiqué dans un discours «qu’une correction fondamentale du dollar aurait lieu d’ici 2007 et que l’on pourrait fondre à cette fin le dollar et l’euro en euro-dollar, une nouvelle monnaie mondiale.» Cette vue est conforme aux besoins de la haute finance américaine, car l’abus du dollar ne peut se poursuivre que jusqu’en 2007 au pire. En effet, la confiance du monde dans cette monnaie privée accrue sans trêve, perdant de plus en plus de sa valeur et maintenue artificiellement devrait avoir disparu jusqu’alors. Le dollar subira donc une transformation ces prochains temps. Si une fusion avec l’euro avait lieu, la haute finance des États-Unis atteindrait des objectifs importants: 

        Une nouvelle monnaie permettrait de dévaloriser les anciennes dettes monétaires et, partant, de spolier les créanciers détenant encore de cette monnaie. Si le nouvel euro-dollar vaut 20 anciens dollars ou 15 euros, les anciennes monnaies sont dévaluées en conséquence, les créanciers détenteurs d’ancienne monnaie spoliés, le jeu a profité aux émetteurs de monnaie privée. 

        L’État fédéral américain surtout se débarrasserait ainsi de ses dettes: l’endettement envers l’étranger, qui atteint actuellement 5200 milliards de dollars, ne se chiffrerait alors qu’à 2600 milliards d’euro-dollars, soit une dévaluation de 50%. 

        Les détenteurs d’anciens dollars seraient les principales victimes, les montants qu’ils détiennent étant dévalués de 50, voire de 90%. Les banques centrales de Chine, du Japon et d’Europe, qui détiennent d’importantes réserves monétaires en dollars, en pâtiraient particulièrement. 

        Tout efois, le but principal de la haute finance américaine est d’établir ainsi une monnaie mondiale qu’elle contrôlerait. Sous un régime d’euro-dollars, le Système fédéral de réserve appartenant à la haute finance des États-Unis aurait forcément une majorité. Cette haute finance contrôlerait alors la majorité du système. A cette fin, la haute finance des États-Unis a choisi la BRI (Banque des règlements internationaux), une organisation privée dont elle a déjà acquis secrètement la majorité des parts. Si la BRI devenait la banque centrale émettant les euro-dollars, les mêmes propriétaires privés seraient, par hasard, les principaux propriétaires de la nouvelle banque centrale, qui étaient auparavant les propriétaires de la Fed. Ils pourraient jouer le jeu consistant à émettre de la monnaie à leur gré, à un niveau supérieur, qu’ils ont joué jusqu’à maintenant avec le Système fédéral de réserve – et bénéficier de surcroît de la diminution de leur endettement due à la réforme monétaire. L’augmentation de la masse monétaire mondiale qui a eu lieu jusqu’à maintenant, cette grande escroquerie monétaire, serait effacée par la réforme monétaire. Les vieux malfaiteurs bénéficieraient d’un nouveau système, d’une nouvelle monnaie, qui leur permettrait d’utiliser aux mêmes fins la monnaie mondiale euro-dollar durant les 20 à 30 prochaines années. 

        Ce faisant, la haute finance des États-Unis aurait donc monopolisé par escroquerie les valeurs réelles mondiales – parmi lesquelles figurent des biens aussi essentiels que les semences, les denrées alimentaires, l’eau, l’énergie et les métaux, mais aurait aussi bâti de nouveau un monopole monétaire à sa disposition, qu’elle pourrait utiliser à son gré – une machine d’accroissement monétaire, tel l’âne aux ducats de la légende. 

        • Même la publication de ce système d’escroquerie ne provoquera pas de cris dans le monde. On parlera de «théorie du complot», d’«antiaméricanisme », voire d’«antisémitisme 87; (Rothschild) ou s’efforcera d’empêcher de telles publications, une partie essentielle des médias imprimés et électroniques mondiaux appartenant à la haute finance des États-Unis. 

        • Il est important que ceux qui pourraient subir des pertes comprennent ce jeu. Celui qui possède un patrimoine financier devrait donc écouter, ou plutôt lire. 

        • Les perdants du grand jeu de l’oligarchie financière sont les participants au marché mondial qui accordent trop de confiance à la monnaie, qui croient toujours que celle-ci n’a pas une simple fonction d’échange, mais qu’elle sert encore de préservateur de la valeur. Les hommes n’ont visiblement pas tiré de leçon de la dévalorisation constante de la monnaie de ces 40 dernières années. Celle-ci s’accélérera ces prochaines années avant la catastrophe finale, car elle sert uniquement aux manipulateurs. Celui qui attache donc de l’importance au maintien de la valeur à long terme de son patrimoine ne peut pas continuer à avoir des placements en valeurs monétaires, en polices d’assurances, en obligations ou en espèces, il doit investir en valeurs réelles, comme la haute finance lui en donne l’exemple. 

        Objectif stratégique de l’escroquerie monétaire mondiale 

        Pour autant que l’on puisse en juger de l’extérieur, la haute finance des États-Unis a eu pour seul objectif initialement de contrôler la monnaie du pays et, partant, de manipuler le marché des États-Unis à son gré. La Fed privée servait à réaliser cet objectif. Lorsque le président Kennedy a proposé une loi visant à étatiser ce système financier privé, il est décédé subitement. Toute personne en contact avec les possibilités de monnaie privée a perdu son patrimoine ou sa vie. 

        • Depuis lors, les objectifs stratégiques de la haute finance américaine ont dépassé le cadre national. Elle a pour but un système monétaire privé mondial qu’elle a assuré par son dollar privé, imposé comme principale monnaie de réserve dans le monde entier, et qu’elle ne doit plus formaliser que par une monnaie mondiale, l’euro-dollar. 

        • ; Si nous voulons empêcher un deuxième abus du système monétaire mondial en faveur d’une haute finance privée et l’abus des masses monétaires, chaque monnaie doit être protégée contre tout abus public ou privé, contre toute manipulation déflationniste ou inflationniste. 

        • Ce but ne peut certainement pas être atteint si l’on abandonne les changes à la haute finance privée. Celle-ci profitera toujours des possibilités d’abus en spoliant et exploitant le monde par un accroissement de la masse monétaire. 

        • Cependant, l’expérience a montré aussi que la plupart des gouvernements abusent également de leur monnaie, s’ils peuvent influer sur la banque centrale et sa politique de la masse monétaire. 

        • Il convient donc d’empêcher les abus que les pouvoirs publics et la haute finance privée exercent sur les monnaies. 

        • Il est certain qu’une monnaie basée sur l’or ne peut pas être manipulée aussi facilement qu’une simple monnaie formelle. Toutefois, les problèmes d’une monnaie basée sur l’or découlent de la disponibilité de l’or, la haute finance ayant accaparé la plus grande partie des réserves d’or. Ainsi, elle redeviendrait gagnante et accapareuse de toute sorte de monnaie basée sur l’or. 

        • La seule solution est donc celle d’une monnaie formelle. Cependant, cette monnaie ne doit pas être librement, arbitrairement déterminable, mais doit être axée sur un objectif de monnaie neutre. La masse monétaire ne doit donc pas croître davantage que celle des biens. Le secteur monétaire ne doit plus exercer d’effets inflationnistes ou déflationnistes sur les monnaies et l’économie mondiale. 

        • Cet objectif ne peut être atteint que par des banques centrales strictement neutres et si indépendantes qu’elles constituent un «quatrième pouvoir», ne sont pas dans les mains de particuliers et ne peuvent pas être influencées par leurs gouvernements. Avant sa castration par la Banque centrale européenne, la Banque fédérale d’Allemagne était très proche de cette indépendance. 

        • La prochaine réforme monétaire offre une chance unique de dénoncer les coupables, leurs manipulations monétaires et leurs abus, ainsi que de susciter l’approbation générale d’un système de banques centrales sur lequel ni la haute finance ni les gouvernements n’exerceraient d’influence. Il s’agit d’une chance exceptionnelle. 

        • La haute finance surtout, qui, par son organe la BRI, s’est déjà préparée à s’emparer du prochain système de banques centrales et de monnaies pourrait empêcher la création d’un système indépendant. Il convient donc d’informer, d’expliquer à la population, à l’économie et aux politiciens les dangers qu’une économie monopoliste fait courir non seulement à la monnaie actuelle, mais aussi à un nouveau système monétaire. 

        Source : Horizons et débats, numéro 31, juin 2005 

         

        En savoir plus 

        - Lire "L'inflation" 

        - Courbe du glissement du M3 zone EU par rapport à l'objectif de 4,5% 

        - Courbe de l'écart cumulé du M3 par rapport à l'objectif 

        - Le site de l'auteur de ces pages 

        - Écouter et télécharger des émissions radios "Des Sous et des Hommes" en .mp3 

        - Qu'est ce que l’indice des prix à la consommation ? 

        - Le site de la Banque Centrale Européenne

         

      Totul dupa reteta "Orban din Ungaria". Sa urmarim urmatoarele episoade...

      Daca n-au bancile profit de pe spinarea cui si-au tras bancherii salarii si avantaje cu duiumul?

      De pe spinarea celor pe care i-au creditat cu franci elvetieni, de la dobanzile infime acordate depozitelor, de la taxarea transferurilor bancare sau de la neperformantele vandute la 10 % din valoare?  

      Corect

      trebuia dat si numele bancilor

      trebuia dat si numele bancilor

      Ați blurat numele băncilor din raport ! De ce ?!?

      1. Numele băncilor din raport este blurat de Ministerul Economiei.

        Cum se inchide un restaurant ptr nereguli o luna 2...3asa trebuie pedepsita si inchisa inclusiv banka

        J’ai repris, en partie, le chapitres 3 de Nouvelle Civilisation 2012 (livre disponible dans toutes les librairies depuis octobre 2008 pour 10 €). Cette publication, que vous pouvez bien évidemment imprimer, n’a véritablement d’intérêt que dans sa version électronique puisse qu’elle comporte de nombreux liens URLs directement accessibles.

         

        Lorsque j’ai découvert la supercherie bancaire, au début des années 1990, j’ai été révolté et je ne cesse depuis d’essayer, avec d’autres, de faire comprendre cette colossale escroquerie à mes contemporains. Les banquiers nous manipulent depuis trop longtemps et il faut que cela cesse. Comme disait (je ne sais plus qui !) vous pouvez mentir à quelques uns tout le temps et à tout le monde quelques temps mais vous ne pouvez pas mentir à tout le monde tout le temps ! 

         

        En abandonnant leur droit de produire la monnaie, les peuples se sont mis dans une situation de servage vis à vis des banques. Une gigantesque escroquerie monétaire met en difficulté les finances des états et diminue gravement le niveau de vie des citoyens. Nous sommes trahis par nos experts, économistes et universitaires qui s’accommodent d’un système complexe et obscur aux finalités inavouables. On constate tout d’abord que si la monnaie existe, c’est parce que des humains l’ont créée ! La fonction de créer la monnaie s’appelle la création monétaire, c’est le terme consacré. Un simple jeu d’écriture suffit à créer la monnaie. Posons nous maintenant une question laissée dans l’ombre, mais fondamentale pour toute société humaine : Qui doit créer la monnaie ? Si la monnaie est créée par un organisme public comme la banque de France ou la BCE, la monnaie est propriété publique, la société civile est bénéficiaire directe de l’émission, ce qui est justifié puisque c’est elle qui est à l’origine de toutes les richesses disponibles sur le marché. Si la monnaie est créée par un organisme privé comme une banque commerciale, la monnaie devient propriété des actionnaires, elle est alors prêtée à la société civile qui verse en retour des intérêts considérables aux actionnaires. Comme un défi au bon sens et à la faveur de l’obscurantisme ambiant, c’est ce dernier scénario qui nous est imposé. Pour en finir avec l’escroquerie monétaire il faudrait rendre sa fonction d’émetteur à la banque de France. En abandonnant leur droit de produire la monnaie, les peuples se sont asservis aux banques. L’heure n’est plus de constater et de déplorer, mais de comprendre et d’agir. 

         

         

        1 / Réflexion générale sur le capitalisme et son moyen de manipulation 

        La monnaie crédit est un outil indispensable pour mobiliser et exploiter l’énergie humaine. L’iniquité, l’injustice, la pauvreté, la corruption et la dévastation de l’environnement naturel et social ont pour origine une cupidité soigneusement camouflée : la création monétaire. 

         

        L’histoire du capitalisme et son succès est, évidemment, lié à une invention, ou plutôt à une mystification : l’argent crédit. La plupart des gens s’imaginent que notre monnaie est créée par le gouvernement. Ce n’est pas le cas. Certes, l’État imprime la monnaie, il est donc, officiellement et techniquement, le créateur de la monnaie ou monnaie primaire. Cela dit, les banques en prêtant de l’argent « scriptural » sont les créateurs, de fait, des 93 % de la masse monétaire en circulation. La monnaie scripturale est en fait gagée sur la monnaie fiduciaire ou monnaie primaire (monnaie centrale) émise par les banques centrales, comme la monnaie papier était gagée sur l’or. Le rapport de la monnaie papier en circulation et de l’or détenu par la Banque de France, par exemple, a progressivement augmenté au cours du 19e siècle. Un processus de prêt entre banques permet la création ex-nihilo de la monnaie scripturale. 

         

        Notre monnaie nous est donc prêtée par des cartels bancaires privés. Le pouvoir politique a, au cours des siècles, remis aux banques son devoir de créer l’argent de la nation. 

         

        Rothschild disait : « si vous permettiez aux banquiers d’émettre l’argent d’une nation, ils ne se soucieraient pas des lois. ». Une élite bancaire internationale détient le pouvoir suprême de création monétaire. Cela lui donne le contrôle – au moyen de l’argent-crédit – des destinées des nations et de l’économie mondiale. En fait, tous nos problèmes viennent de là. C’est parce que l’argent est prêté avec intérêt et avec pour seul objectif de faire des profits que nous observons l’absurdité d’investissement dans des technologies « gadget » alors que des besoins de base ne sont pas satisfaits. Le contrôle de la masse monétaire en circulation et donc la création des crédits nécessaires aux activités bénéfiques est le droit régalien du pouvoir politique issu du débat démocratique. La capacité de battre monnaie sur un territoire et donc la création de la confiance dans l’échange marchand est le premier devoir de tout gouvernement souverain. Pourquoi le gouvernement devrait-il payer de l’intérêt à un système bancaire privé pour l’usage de sa propre monnaie qu’il peut émettre lui-même sans intérêt et sans dette ? 

         

        Citons Eric Dillies : « Pour reprendre une métaphore chère aux Anciens, la monnaie est à l’économie ce que le sang est au corps humain ; s’il en manque, c’est l’anémie, s’il y en a trop, c’est la congestion mais il ne viendrait à l’idée de personne d’emprunter son propre sang. Alors, il revient à l’État, pour le service du bien commun, d’assurer l’offre à la demande de monnaie pour qu’enfin l’économie soit au service de l’homme ». 

         

        Le fait que le gouvernement ait abandonné cette fonction aux banques privées est une trahison abominable. Le gouvernement se refuse à lui-même un privilège qu’il a accordé aux banques par la loi, il se fait le serviteur des banquiers et méprise le peuple. L’objectif des banques privées n’est pas d’émettre l’argent en fonction des besoins de la population, mais de faire le plus de profits possibles, et d’amener gouvernements, collectivités locales, entreprises et individus à s’endetter. 

         

        L’oligarchie financière internationale, gonflés d’arrogance et de certitude sur la validité de leur idéologie sont donc favorables à une banque centrale européenne, car c’est le meilleur moyen, pour eux, d’empêcher tout gouvernement national de recouvrer sa capacité de battre monnaie et de se maintenir au pouvoir. 

         

        Ce tour de passe-passe, cette escroquerie monumentale du cartel bancaire international doit cesser. 

         

        Saint-Louis, roi de France, disait que « Le premier devoir d’un roi est de frapper l’argent lorsqu’il en manque pour la bonne vie économique de ses sujets ». La pièce d’or frappée par le souverain local, puis le billet à ordre émis par les Templiers, puis par les Lombards, ont permis l’ouverture des cultures locales, des marchés locaux à la région, à la nation et puis finalement aux échanges internationaux. La fonction sociale de l’aristocratie était de garantir l’ordre et la sécurité sur un territoire donné. Le garant de la confiance dans l’échange était le monarque. Les pièces étaient fabriquées en métaux relativement rares et inoxydables et frappées à l’effigie du roi régnant sur un territoire. La montée en puissance des marchands, à partir du 16e siècle, puis leur prise du pouvoir, à la fin du 18e, s’est traduite par leur prise de contrôle du symbole de l’échange. 

         

        Le problème de l’instauration d’un intérêt sans souci aucun sur la finalité de l’utilisation du capital est bien connu. L’argent n’est plus produit pour faciliter les échanges de bien et de services et permettre à la production de satisfaire les besoins de consommation mais pour satisfaire les besoins solvables et mercantiles et être prêté à intérêt. Cela débouche sur l’accumulation et la concentration du symbole de confiance, le capitalisme, l’exploitation, la misère qui côtoie le gâchis et toute l’absurdité du monde moderne. L’argent fut inventé au départ pour faciliter les échanges commerciaux de biens et de services. Il développe aujourd’hui des effets pervers et les professionnels de l’argent l’ont récupéré pour le faire travailler à leur profit personnel. Il nous faut donc éduquer ces ignares, renseigner ces niais, leur faire comprendre que nous ne sommes plus dupes et que nous en avons assez d’être exploités. Les professionnels de l’argent vivent comme des parasites au détriment de ceux qui les nourrissent, et si nos ancêtres ont créé l’argent afin de faciliter les échanges de biens et de services, ce n’est pas pour qu’il soit prêté à intérêt. 

         

        Le coquillage a été remplacé par la pièce de bronze, d’argent et d’or, l’or par le papier valeur et le papier valeur par une monnaie fiduciaire. La valeur de cette monnaie, qu’elle soit électronique ou représentée par des bouts de papier colorés, est uniquement fonction de la confiance que nous voulons bien lui accorder. Depuis que les États ont perdu le droit régalien de battre monnaie en le déléguant aux banques, une part importante de la masse monétaire n’est plus créée pour faciliter le transfert de la production aux consommateurs mais pour être prêtée à intérêt. 

         

        On privilégie la valeur symbolique de l’argent au détriment de la valeur réelle qu’il est censé représenter. L’intérêt sur l’argent, c’est le plus sûr moyen d’appauvrir les citoyens et la planète entière, mais les « pros » de la finance n’en ont cure puisque c’est leur gagne pain. Lorsque l’on détruit des denrées agricoles pour garder le prix à un prix surfait, cela ne profite ni aux producteurs ni aux consommateurs mais uniquement aux spéculateurs. Quand tout va trop bien, on organise une bonne guerre pour tout détruire et ensuite on prête de l’argent afin de tout reconstruire. Le problème, c’est que l’on est persuadé que cela a toujours été ainsi, que ce sera toujours ainsi et que cela ne peut pas changer. Bien évidemment, c’est faux, il nous suffit simplement de nous mettre d’accord afin d’établir de nouvelles règles du jeu. La logique du fonctionnement du système bancaire international pousse les banquiers à prêter pour n’importe quel projet pourvu qu’il soit source de profit. Le seul souci du banquier c’est de prêter l’argent qu’il crée. 

         

        En fait, les énormes masses monétaires investies dans des projets absurdes et à l’utilité dérisoire pour le genre humain sont symptomatiques de la stupidité et de l’hypocrisie des règles de fonctionnement de notre société. Ce système à la recherche de toujours plus de profit préfère développer des technologies gadgets, les biotechnologies par exemple, alors que les deux tiers de l’humanité ont des problèmes de nutrition, de santé et d’éducation. Nous investissons de grandes quantités d’énergie humaine pour satisfaire l’avidité insatiable de quelques groupes de personnes. 

         

        Quelle différence entre le simulacre de la monnaie fiduciaire et le simulacre du simulacre de la fausse monnaie ? Certains ultra-libéraux américains proposent que les monnaies soient privatisées. C’est la généralisation du régime de la fausse monnaie ! Ce que redoute les banquiers centraux et ceux qui sont en charge de la politique économique et monétaire c’est la généralisation des monnaies privées, des systèmes d’échanges locaux. Une fausse monnaie dont on saurait que c’est une fausse monnaie ne serait pas une fausse monnaie. L’escroquerie, la mystification bancaire repose bien sur ce secret de polichinelle, la monnaie fiduciaire n’a aucune réalité autre que la confiance que l’on a en l’émetteur. Le scandale, évidemment, c’est de payer un loyer (un intérêt) sur cette monnaie qui est créé ex-nihilo. Et c’est aussi de cette logique de rendement de l’argent prêté que tous nos problèmes découlent. 

         

        Que nous ayons besoin d’un symbole qui représente notre mérite accumulé, soit ! Ce symbole, n’a, évidemment, pas besoin d’avoir une contrepartie en métal précieux. Ce qui est important, c’est que cette monnaie soit stable et acceptée par tous. Une monnaie qui ne rapporte aucun intérêt, qui soit étalonnée sur le temps de travail humain standard et qui soit contrôlée par le pouvoir politique. La monnaie unique européenne est l’appropriation de l’émission du symbole d’échange par une caste de technocrates qui prétend détenir la vérité sur « les lois économiques ». Ces lois économiques qui ne sont que la mise en forme de la vision politique des marchands. La monnaie unique européenne ne va qu’asseoir davantage la dictature des transnationales, des financiers. 

         

        Le mandat confié à la BCE se limite à « contenir l’inflation » en jouant sur les règles bancaires et en permettant l’injection de plus ou moins de monnaie par les banques, sous formes de crédit. La seule richesse d’une société, d’une communauté, outres les richesses naturelles du sol et du sous-sol du territoire où cette communauté est installée, est sa capacité à mobiliser, à organiser le travail, l’activité productrice. La monnaie est un outil extraordinaire pour mobiliser l’énergie humaine. Au cours de l’histoire de l’humanité, comme un âne qui avance avec des coups de bâton ou grâce à une carotte, le travail manuel, l’imagination, le génie a été canalisé, organisé, mobilisé soit par la force, la contrainte soit par la croyance, la foi. Les guerriers vainqueurs font travailler les vaincus, c’est l’esclavage. Certains peuvent promettre une vie au paradis contre la construction d’une cathédrale. Combien de monuments, de temples ont été construit pour des raisons religieuses ? Toutes les sociétés non-occidentales ou vernaculaires sont organisées sur des valeurs communautaires et spirituelles qui s’opposent aux valeurs matérialistes et individualistes de l’occident. Une des raisons de cette « dérive » de l’occident est du à l’intégrisme catholique de la fin du moyen-âge – l’inquisition. Après une structure sociale collectiviste, hiérarchique et coercitive, le bien être collectif ne pouvait découler que de l’addition des intérêts individuels et égoïstes. Ainsi est né le postulat de base du capitalisme affirmé par Adam Smith dans la richesse des nations en 1776. 

         

        Durant les « 30 glorieuses » selon Fourastié (l’économiste de service des années 50 à OECE) ou les « 30 désastreuses » selon René Dumont (l’initiateur du mouvement écologiste en France), la forte croissance de l’après guerre a nourri les espoirs les plus ambitieux d’un progrès et d’une croissance infinis. Pourtant, dès les années 50, des voix s’élevaient pour mettre en garde contre un retour aux crises cycliques de surproduction. Entre 1950 et 1973, le taux de croissance sera de 4,3% dans l’ensemble des pays de l’OCDE soit une production multiplié par 3 en 25 ans. Ensuite commence les 30 médiocres (1974-2003). 

         

        Le revirement libéral commencera avec la nomination de P.Volcker en 1979 à la tête de la Reserve Federal qui marque l’arrivée des monétaristes à la tête de cette institution. La véritable rupture d’avec les pratiques d’inspirations Keynésienne date du sommet des chefs d’Etats à Tokyo en juillet 1979. Les 2 piliers de cette rupture néo-libérale sont le contrôle de la croissance de la masse monétaire et la réduction des dépenses publiques. La politique budgétaire devient par principe, monétariste oblige, subordonnée à la politique monétaire. Les années 80 sont marquées par la totale liberté de mouvement des capitaux entre les pays, ce qui entraîne une spéculation effrénée et des taux de changes aux mouvements erratiques. D’énormes masses monétaires sont en quête d’un bon taux d’intérêt ou d’un bon cours de la devise d’un pays. Ce sera aussi le temps de nombreuses « innovations » en termes de produits et de techniques financières. 

         

        Du Traité de Maastricht découle le « Pacte de stabilité et de croissance ». C’est un ensemble d’engagements et de mesures visant à discipliner les politiques budgétaires des États membres de l’U.E. afin d’en assurer la compatibilité avec la politique monétaire unique qui a été mise en oeuvre à partir du démarrage effectif de l’union économique et monétaire le 1er janvier 1999. Formellement, ce Pacte est constitué d’une résolution du Conseil européens (chefs d’états) adoptée lors du sommet d’Amsterdam des 16 et 17 juin 1997 et de 2 règlements du conseil des ministres des États membres. Ces textes font suite à certaines dispositions du Traité d’Union Européenne signé à Maastricht le 7 février 1992. Ces restrictions à la libre conduite des politiques budgétaires ont été, évidemment, des conditions obligatoires pour le passage à la monnaie unique. La logique et les fondements juridiques du Pacte sont liés, bien entendu, au choix de la construction d’une Europe libérale avec un marché et une monnaie. L’abandon de la souveraineté nationale en matière monétaire sans transfert aux États membres de possibilité d’agir sur la politique budgétaire est devenue logique puisque, selon les règles du jeu de l’économie de marché, le pilotage s’effectue par la manipulation d’instruments monétaires et budgétaires de façon harmonieuse. Une telle image idyllique de « policy mix » est depuis longtemps dépassée par la « vision supérieure » des technocrates libéraux qui considèrent que si l’État n’a pas la maîtrise de sa monnaie, il doit quand même lui rester la possibilité d’agir sur son budget. Les « Mandarin-technocrateslibéraux- européens » se sont dit qu’il fallait bien laisser un os à ronger à l’État ! Sinon que lui serait-il resté ? Mais il ne fallait quand même pas trop lui en laisser ! C’est pourquoi on s’appliqua à limiter la marge de manœuvre par ces « fameux » critères ou ces règles d’or du traité, en particulier par les articles 104, 104A,104B et l’article 104C qui stipule que les États membres évitent les déficits publics excessifs – pas plus de 3% pour le rapport entre le déficit public et le PIB et pas plus de 60% pour le rapport entre la dette publique et le PIB. Certains technocrates ont la conviction que le développement économique – encore lui ! – doit s’appuyer sur une monnaie stable laquelle ne se conçoit pas en dehors de finances publiques équilibrées. Rappelons que selon l’idéologie de marché, dans le cas d’économies cloisonnées par des monnaies différentes, l’État peut recourir au déficit budgétaire pour relancer la croissance. Mais il subit les effets de sa politique de mauvais élève en termes de taux d’intérêt et de taux de change. 

         

        Pourquoi est-on prisonnier de la croissance ? Pour maintenir la confiance dans notre monnaie fiduciaire (ce qui est un pléonasme puisque fiduciaire veut dire confiance ! ). Les autres nations évaluent notre monnaie selon notre « dynamisme » économique. Nous sommes dans l’obligation d’avoir une « croissance forte » pour que les cambistes des grandes banques du monde entier ne vendent pas les Euros qu’ils détiennent ! Mais aussi et surtout, la croissance est obligatoire pour que les entreprises et les États puissent continuer à payer les intérêts. Car comme la bulle de la dette est plus importante que la masse monétaire (l’argent des intérêts ne peut pas être créé par de l’argent dette !), il faut que tout les agents économiques (États, collectivités locales, entreprises, individus) empruntent toujours davantage pour que le système perdure grâce au décalage temporelle (l’argent que vous empruntez aujourd’hui sera remboursé sur 10 ou 20 ans). S’il n’y a plus de croissance, tout s’écroule comme un château de cartes ! Nous sommes prisonniers par la spirale de la dette. 

         

        Mais revenons au 16e siècle. Avec l’arrivée des galions d’or en provenance du nouveau monde, une nouvelle super-structure est apparue. Le Capitalisme est né de la conjonction de différents facteurs. L’afflux de métaux précieux ; l’invention de l’imprimerie ; la réforme protestante et son corollaire la rédemption par le travail ; et, plus tard, au siècle des lumières, la croyance au bonheur qui découle du progrès et son instrument la technoscience. Les guerriers, les nobles font la guerre pour s’approprier de nouveaux territoires et faire main basse sur le trésor du vaincu. Ils s’empressent de dépenser leur or auprès des artisans pour acquérir des biens manufacturés et lorsqu’il n’en possèdent plus, l’emprunte ou le vole pour refaire la guerre ou le dilapider à nouveau. Le travail est totalement indigne pour un aristocrate, le guerrier fait la guerre et l’artisan, le serf, le paysan travaille ! Petit à petit l’artisan devient bourgeois fait du commerce, construit et thésaurise. L’or est immobilisé dans le coffre du bourgeois qui devient banquier. La grande innovation bourgeoise sera d’imprimer du papier valeur gagé sur l’or. Il peut dorénavant mobiliser le travail du non-bourgeois – ceux qui n’ont d’autre richesse que leur force de travail. Cette innovation est la clé du capitalisme et elle est en faite une mystification. Cette escroquerie monumentale à permis une mobilisation sans précédent dans l’histoire de l’humanité de l’énergie humaine. 

         

        Il est indispensable d’augmenter le volume de la monnaie dans une nation dont l’économie se développe. Dans l’Europe du 16e siècle les échanges s’y multiplient, l’augmentation des moyens de paiement devient aussi nécessaire que celle des moyens de transport. Les variations fréquentes et inattendues des quantités d’or en circulation n’ont jamais été en rapport avec les besoins des moyens de paiement du pays. La monnaie fiduciaire fut une innovation indispensable à l’expansion des échanges. C’est au courant du 17e siècle, alors que les routes anglaises étant peu sures, les voyageurs craignaient d’emporter leurs pièces d’or en voyage ; ils avaient pris l’habitude de les confier aux orfèvres de la cité de Londres qui leur en délivraient des reçus appelés goldsmith notes. Un orfèvre, remarquant le rôle que jouaient les reçus, eut l’idée de fabriquer des fictifs pour s’en servir ou les prêter à intérêts. Si le porteur d’un faux reçu réclamait ses pièces d’or, rien n’était plus facile que de lui donner satisfaction en puisant parmi celles que les autres clients laissaient en dépôt. Son exemple fut suivi par les autres orfèvres, puis par les banquiers de Hambourg, d’Italie, de Hollande. Or, ces reçus fictifs rendaient d’éminents services dans tous les pays qui manquaient de moyens de paiement. Une banque, vers 1650, constatant elle aussi que ses clients retiraient rarement leurs espèces, décida de créer le premier reçu au porteur à remettre à un déposant. Le billet de banque était né. À l’origine, le billet de banque n’était donc qu’un simple certificat de dépôt, une créance sur une certaine quantité d’or qui lui servait de gage. Le billet de banque devenait une monnaie dont l’économie avait besoin, une rallonge de la monnaie or. Cependant les troubles et les guerres ébranlaient la confiance du public dans la solidité des banques. Leurs billets étaient si nombreux et si divers que les paniques éclataient quand trop de porteurs en réclamaient simultanément le remboursement. Les créer devenant une opération périlleuse si tous les banquiers s’y livraient à la fois, quelques-uns prétendirent en avoir le monopole, ce qui exigeait l’intervention de la puissance publique. 

      Intelectualul de la "SCANTEIA",Fosilescu si Manole,cel cu pantaloni de gay tac?

    Cotaţii Internaţionale

    vezi aici mai multe cotaţii

    Bursa Construcţiilor

    www.constructiibursa.ro

    Apanova
    csalb.ro
    BTPay
    Electromagnetica
    Stiri Locale

    Curs valutar BNR

    30 Iun. 2022
    Euro (EUR)Euro4.9454
    Dolar SUA (USD)Dolar SUA4.7424
    Franc elveţian (CHF)Franc elveţian4.9466
    Liră sterlină (GBP)Liră sterlină5.7525
    Gram de aur (XAU)Gram de aur276.3032

    convertor valutar

    »=
    ?

    mai multe cotaţii valutare

    Cotaţii Emitenţi BVB
    Bursele din regiune
    Centro
    romaniansmartcity.ro
    Cotaţii fonduri mutuale
    Teatrul Național I. L. Caragiale Bucuresti
    Carte - Golden calf - the meaning of interest rate
    Carte - The crisis solution terminus a quo
    www.agerpres.rowww.dreptonline.rowww.hipo.ro