EDUCATIE FINANCIARA PENTRU BANCHERISă începem cu Mugur Isărescu

MAKE
Ziarul BURSA #Bănci-Asigurări / 31 mai 2017

Delia:"Da, Mamă, sunt beată". (captură Youtube)

Delia:"Da, Mamă, sunt beată". (captură Youtube)

Dacă Isărescu chiar gândeşte că banii de credit trebuie recuperaţi fără să ia seama la corectitudinea serviciilor bancare, atunci BNR nu este "avocatul băncilor", cum o respinge în mod repetat, ci este chiar şeful bandei.

Aceste articole de educaţie financiară nu sunt destinate publicului larg, ci doar bancherilor, dar ţinta lor îngustă nu este justificată de caracterul elitist al textelor, ci, dimpotrivă, articolele se situează la nivelul simţului comun şi le sunt adresate numai bancherilor pentru că urmăresc să le recuperez ceea ce ei au pierdut din cei şapte ani de acasă.

Publicul larg nu este necesar să citească aceste articole, deoarece publicul larg face parte din poporul român, care şi-a păstrat bunul simţ, în pofida agresiunii zilnice la care este supus de către bancheri (ei au pretenţia că l-ar educa sau reeduca).

În marea lui generozitate, poporul nostru le tolerează pretenţiile, dar BURSA este un ziar specializat în finanţe şi se cuvine să-i ajute pe bancheri să se regăsească, la locul lor, în naţiunea care le-a dat naştere şi din care fac parte, indiferent că sunt salarizaţi "ca afară".

"Educaţia financiară trebuie să înceapă chiar cu noi", a spus Guvernatorul Băncii Naţionale a României (BNR) Mugur Isărescu , la Forumul Pieţei Financiare organizat, lunea trecută, de Asociaţia Română a Băncilor (ARB), reluând ideea titlului meu "Educaţie financiară pentru bancheri" din BURSA/04.05.2017.

Este îmbucurător ca Banca Naţională a ajuns la conştiinţa faptului că înşişi bancherii sunt lipsiţi de educaţia financiară necesară.

Cam cum spune Delia: "Da, mamă, sunt beată".

Este important să ştii că esti beată.

De aceea se spune că, dacă doi iţi spun că eşti beată, atunci te duci să te culci.

Este bine să afli din două surse.

Eu sunt prima sursă.

Isărescu este a doua.

Mă bucur că titlul meu "Educaţie financiară pentru bancheri" a avut ecou în declaraţia lui Isărescu că "Educaţia financiară trebuie să înceapă chiar cu noi", căci asta înseamnă că eu chiar am făcut bancherilor educaţie financiară şi că primul bancher pe care l-am educat este chiar Guvernatorul BNR, care, până acum nu vorbise decât despre lipsa educaţiei financiare a publicului.

Dar, după declaraţia asta, Isărescu ar fi trebuit să tacă.

Ar fi rămas clar că, la fel ca mine, el consideră că bancherii nu sunt educaţi financiar suficient.

Guvernatorul, însă, nu şi-a înţeles ideea, ci după ce a spus că "Educaţia financiară trebuie să înceapă chiar cu noi", a continuat astfel: " Cu omul dumneavoastră de la ghişeu, care trebuie şi educat şi mai bine plătit. Dacă el este supraîncărcat şi prost plătit, ce imagine trimite el în exterior?"

Ce faaaace?!

Educaţia financiară nu ar trebui să înceapă cu Valentin Lazea?!

Educaţia financiară nu ar trebui să înceapă cu Steven van Groningen?

Cu Sergiu Manea?

Răsvan Radu?

Bogdan Preda, Ionuţ Stanimir, Cornel Cojocaru, Daniel Oanţă, Ionuţ Bălan?

Armata aia de idioţi bancari care se ridică la miezul nopţii să scrie mesaje injurioase pe site-ul ziarului BURSA, armata aia care ii insultă pe clienţii băncilor - ăia cine sunt, lucrătorii de la ghişeu care trebuie educaţi?

Afirmaţia că toţi clienţii băncilor care au luat credite în franci elveţieni sunt alcoolici, este, oare, afirmaţie facută de un lucrător de ghişeu?!

Nu domnilor, incultura nu este a lucrătorilor de ghişeu, ci, în primul rând, a dumnezeilor lor - preşedinţii şi directorii băncilor - şi a comunicatorilor bancari, inclusiv din Banca centrală.

Început atât de promiţător, discursul Guvernatorului cade de pe cal:

"Trebuie, apoi, să vă cultivaţi clienţii. Numai din schimburi valutare nu aveţi cum să vă faceţi profiturile. Trebuie să daţi credite, în condiţii de prudenţă. Şi asta înseamnă să ştiţi să vă apropiaţi de client. Nu trebuie mângâiat pe creştet, dar nici să-i întoarceţi spatele. A cultiva clientul înseamnă benevolenţă, înseamnă negociere."

Evaluat la rece, discursul este pentru handicapaţi, el îndeamnă să faci ceea ce este elementar în orice afacere de servicii - să fii de folos clientului şi să-l respecţi.

"Clientul nostru, stapânul nostru".

Asta nu ţine de educaţia financiară.

Asta ţine de sfera mai generală a educaţiei de afaceri, ba, chiar, în unele zone ale Transilvaniei, ţine de sfera şi mai largă a celor şapte ani de acasă; în unele hoteluri de acolo, personalul este amabil de la sine, fără vreun team-building sau vreo pregătire specială, ci pentru că aşa sunt oamenii de acolo.

Să-i îndemni pe bancheri să fie benevolenţi cu clientul, nu înseamnă decât că pe bancheri îi consideri handicapaţi.

Problema este ca bancherii nu sunt handicapaţi, ci într-o situaţie.

Pe bancheri nu îi interesează să-şi cârpească imaginea zdrenţuită la nivel planetar, în cursul crizei supraîndatorării şi nici la nivel naţional, în cursul crizei creditelor în franci elveţieni - ei şi-au afişat lăcomia şi dispreţul faţă de clientelă şi continuă să o facă şi nici o dojană venită de la Guvernator nu le va modifica atitudinea, pentru că argumentele învocate fariseic, deşi ar fi normale într-o piaţă liberă, se referă, totuşi, la piaţa noastră bancară, care nu este liberă, ci monopolistă.

La noi, nici o companie nou înfiinţată nu este autorizată, dacă nu face dovada ca şi-a deschis cont bancar; toate companiile sunt obligate prin lege să-şi opereze tranzacţiile prin conturi bancare; legea limitează plafonul de casă al companiilor la aproape nimic.

Am o bănuială că acest monopol este, totuşi, o invenţie românească; sau că, măcar, nu se regăseşte oriunde în lume.

Clientul este sclav, el nu are alternativa la sistemul bancar.

Banca îi poate face orice clientului, clientul nu poate decât să se ducă la altă bancă, dar nu iese din sistem.

În condiţii de monopol, bancherul zâmbeşte la dojenile părinteşti ale lui Isărescu - "Haide, ştim amândoi cum stă treaba, clientul nostru este bătaia noastră de joc!"

Nivelul de expertiză bancară al lui Mugur Isărescu a fost mereu apreciat în ţară şi în străinătate, cred că, în 26 de ani, abia dacă pot număra vreo trei-patru contestatari în ceea ce-l priveşte.

Dar, nici expertiza bancară, nici experienţa îndelungată la conducerea Băncii centrale şi nici senectutea care, tradiţional, deschide poarta înţelepciunii, nu sunt garanţii contra penibilului, de care Isărescu ne izbeşte în plin:

"BNR a fost acuzată că nu se ocupă de protecţia consumatorului. Însă, în ţările în care banca centrală se ocupă de asta, nu se ocupă şi de supraveghere, sunt domenii conflictuale. Trebuie să protejăm banii deponenţilor, să cerem băncilor să recupereze banii de la cei care se împrumută. Acest lucru înseamnă să fim mai răi cu debitorii. Se împacă asta cu protecţia benficiarului de credite? Nu prea".

Cum?!

Dacă auzi asta, nu-ţi vine să-ţi crezi urechilor, dacă o citeşti, te freci la ochi.

Ce înseamnă protecţia consumatorului pentru Isărescu?

Să-i fie permis să nu-şi ramburseze creditul?!

Nu, domnule Guvernator, serios?!

Eu am crezut că protecţia consumatorului de servicii bancare înseamnă ca el să fie aparat de clauze contractuale abuzive, de capcane şi înşelătorii financiare şi să fie informat corect în privinţa condiţiilor de piaţă şi a instrumentelor bancare.

Mă rog, protecţia consumatorului de servicii bancare, pentru mine, înseamnă să-i fie asigurate clientului servicii bancare corecte.

De ce serviciile bancare corecte ar intra în conflict cu supravegherea bancară?

Supravegherea bancară nu include asigurarea corectitudinii serviciilor bancare?

Reformulez întrebarea: supravegherea bancară intră în conflict cu asigurarea corectitudinii serviciilor bancare?

Adică cum, BNR este solidara cu băncile comerciale în abuzarea clienţilor?

Ce fel de declaraţie este ăsta a lui Mugur Isărescu?

Cred că este o declaraţie negândită.

Pentru că dacă Isărescu chiar gândeşte că banii de credit trebuie recuperaţi fără să ia seama la corectitudinea serviciilor bancare, atunci BNR nu este "avocatul băncilor", cum o respinge în mod repetat, ci este chiar şeful bandei.

Opinia Cititorului ( 59 )

  1. [mesaj eliminat conform regulamentuluiu]

    1. Armata de idioti...

      [Mesaj eliminat conform regulamentului]

      [Mesaj eliminat, conform regulamentului.]

      Dle Make! A aparut bolnavuuuuul!

      Esti caz de psihiatrie. Cu siguranta experimentele pe unul ca tine, vor aduce beneficii pentru viitor!

      Ce e ba [Fragment eliminat, conform regulamentului] credeai ca nu se prinde lumea de escrocheriile tale? [Fragment eliminat, conform regulamentului] tu crezi ca daca te pupa lumea pe care o manipulezi sa iti dea bani si zeciuieli tu chiar esti cineva? [Fragment eliminat, conform regulamentului]

      Medicamente!

      [mesaj eliminat conform regulamentuluiu]

      [mesaj eliminat conform regulamentuluiu]

      [mesaj eliminat conform regulamentuluiu]

    ... domnule MAKE! eu, dumneavoastra, probabil si domnul isarescu si multi altii, suntem visatori instr-o lume visata!!! ... o sa incep prin a explica ceea ce inteleg eu prin termenul de algoritm: ... un algoritm reprezinta o srerie de instructiuni organizate intr-o insiruire logica ... sau, un algoritm reprezinta exteriorixarea gandirii umane intr-o oarecare forma! astazi o numim tehnologie a informatiei (pe scurt IT) ... mai simplu: algoritmul reprezinta externalizarea gandului umam in tehnologie ... oricum, ceea ce numim astazi economie, finantnte, bla bla bla, reprezinta, mai degraba, ganduri ce au capatat forma - proiectii pe cristale lichide (vezi pestera lui platon)!!! ... atunci ei, bancherii, "lucreaza" in domeniul gandirii, nicidecum in domeniul faptelor!!! ... faptele tin de cu totul alt domeniu, mai degraba al militariei - armata garanteaza resurse, care "subscriu" colateral bancilor samd. - dar asta este cu totul alta poveste!!! ... in rest, asistam la un teatru, la spectacol!!! ... ei "materializeaza" ganduri pe cristale luminate artificial, si pretind ca noi sa ii credem!!! ... asistam la un act de credinta!!!!! ... domnule MAKE, nu va mai suparati! ei sunt cei care nu au inteles asta!!! si vor a impune noua, neintelegerea lor lor!!! ... ... PS: sacrificiul Anei, reprezinta sacrificiul iubirii lumesti (eros), pentru a cladi iubiarea divina (agape)! ... s-am ajuns d-apai azi, de privim inspre barazi ... brazi prea inlati, contemplati de retarzi ... si nimicul vrem a pune in zid, sentimente azi risipind ... sperante ce umple pocale, idaelu-i prea mare ... cavaleri prea devreme, au ramas doar blesteme ... si-o bere si-un vin, par a fi dar divin ... mai toti azi se leaga, de-o fatada la strada ... tantosi pe promenada, vor ca lumea sa-i vada ... ca au dara spada, sarmanii!!! oglinda sa-i vada ...

    Excelent articol! Unii l-ar considera cam incisiv, dar eu va inteleg revolta! Nu am nici un fel de credite, dar sunt si eu revoltat cum fac bancile miliarde prin servicii monopolizate, fara a avea cea mai mica mila pentru cei pe care ii pacalesc. Ce imi place cel mai mult in articolul dvs este ca ati inteles un lucru esential pentru situatia actuala, domnul Isarescu nu trebuie schimbat, trebuie educat, trebuie determinat sa fie cu adevarat sustinatorul debitorilor in aceiasi masura cu al creditorilor. Adica un adevarat arbitru care sa sanctioneze fiecare intentie de derapaj, si sa ia masuri preventive, pentru a nu se ajunge in situatii ca cea de azi. Readucerea increderii in banci nu poate fi facuta decit de seful bandei, pentru ca el realizeaza ca este in interesul tuturor, dar este needucat in acest sens. Bravo, bravo, bravo pt articol domnule Make! Continuati, ca noi va citim! Si poate reusiti sa ii educati. Sunteti un bun profesor.

    1. [Mesaj eliminat conform regulamentului]

      Ma bucur ca domnul Make are curajul sa demaste eca mai amre escrocherie monetara. Daca toti aomenii de rand ar fi constienti de acest lucru..toata planeta celor datornici ar iesi in starda. Daca sunt bani fictivi si datoriile sunt fictive! Deci trebuie sterse!

      De ce statul national nu ar bate moneda pentru dezvolatre si pentru aa asigura salarii decente? Nu avem bani ! Facem gaura in buget Povesti de adormit copii cuminti! 

      Statul terbuie sa aibe o trezorerie a lui si sa creeze moneda pentru a sttimula dezvoltarae si tariul decent. De ce sa imprumutam de la entitati private cu dobanda, cand statul poate sa ofere grant-uri pentru dezvolatre daca isi iubeste si securizeaza cetatenii...si nu ii lasa sa moara de foame si sete, fara adapost si plini de boli, neavand acces la locuri de munca bine platite, de calitate. Am multe de scris pe aceasta tema!

      [mesaj eliminat conform regulamentuluiu]

      ROMANUL DE RAND A FOST PROST,LACOM SI NAIV. DE ASTA AU PROFITAT BANCILE SI MULTINATIONALELE. CAND AM AVUT NEVOIE DE BANI,AM ARATAT DEGETUL MIJLOCIU BANCHERILOR SI I.AM FACUT IN STRAINATATE. EU ASA CU 8 CLASE AM GANDIT NORMAL. DE CE SA IAU UN CREDIT PENTRU UN IMOBIL,SI SA PLATESC SI DOBANDA SI STIU CA NU ESTE AL MEU PINA NU IL ACHIT. AM PREFERAT STRAINATATEA. SI AM FACUT BANI,APOI AM CUMPARAT DE LA UN ISTET UN IMOBIL. UN ISTET DATOR VANDUT LA BANCA. NU E PROST CINE MANANCA 10 PAINI. PROST CINE LE DA. MULTA STIMA DE LA O PERSOANA FARA CEA MAI MICA EDUCATIE FINANCIARA.

      Ce concluzie pertinenta! Salomeea eu zic ca tu chiar ai nevoie de educatie financiara. Avand in vedere ce ai scris pentru mine este o surpriza si ca stii sa deschizi calculatorul.

    Interviu cu un bancher foarte sincer: "populaţia României şi românul în general, are un singur bun de preţ, care ne interesează pe noi bancherii: activele imobiliare. Mai există şi forţa de muncă a individului, însă aceasta, după ce l-ai prins în mreje, este utilă de speculat, pentru că acel individ va munci perpetuu pentru noi. Trebuia să ajungem cumva la aceste active imobiliare ale românilor. Normele BNR şi legile nu ne permiteau să putem acorda în masă, credite ipotecare, plus că aceste credite ipotecare nu erau 100% avantajoase pentru noi. Aşa, că am profitat de lentoarea în decizie a BNR şi am investit masiv în publicitate pe segmentul creditului de consum. Ştiam încă de la bun început, faptul că, cei cărora le acordăm credite de consum nu vor avea resurse să le restituie, astfel, încât, coroborat cu faptul că, ştiam din 2008, că această criză financiară va lovi şi România, am calculat totul extrem de bine. Nu trebuia să fii geniu bancar, ca să îţi dai seama că într-o ţară precum a voastră, pur şi simplu, efectele crizei urmau să fie devastatoare pentru că nu mai produceaţi nimic, pieţele emergente sunt dominate de multinaţionale, legate de grupurile financiare şi bancare pe care noi le reprezentăm..."

    1. Cine este bancherul care a spus asta?

    Make, opui o realitate contemporană unui model edulcorat în timp a sistemului "bancar" existent cam pe vremea cruciadelor. Nu mai suntem nici pe vremea când teocrații interziceau împrumutul cu dobândă - evrei, creștini, musulmani, etc. - nici pe vremea când banii aveau valoarea metalului prețios, sau al unității de greutate/vomum etc. al mărfii din care erau alcătuiți. Suntem în capitalism, Make, iar în vocabularul specializat al pieței capitaliste cuvântul "corect", cu derivatele sale NU există. Există doar contractul, pe care teoria (și practica) economică ca și toate codurile civile din lumea capitalistă dezvoltată îl definesc ca simplul acord dintre vânzător și cumpărător cu privire la preț și la termenii plătirii lui.

    Dar, cuvântul "corect", cu derivatul său "corectitudine", este cuvântul esențial al articolului tău. Este prost ales, căci tu îl folosești ca un eufemism cu aparență de obiectivitate la propriile tale alegeri cu privire la ce este "just","preferabil", "bun", "normal", "echitabil" etc. Alegeri care sunt evident subiective și ideologice.  

    Ca să fiu mai concret, explică tu, și bancherilor și cititorilor, care este dobânda "corectă", care este marja "corectă" a profitului, care este termenul "corect" de returnare a unui credit, care sunt tarifele "corecte" pentru serviciile bancare,etc. 

    Aoleo!! Am uitat, astea le stabilește piața "liberă", acea utopie a sec. XVIII dotată cu o "mână invizibilă" și pe care vânzătorul și cumpărătorul sunt egali, onești și la fel de bine informați. Tu însuți afirrm că piața serviciilor bancare nu este liberă în România (este undeva?). Ar mai fi cămătarii nebancari și centrele de amanet, unde piața chiar e liberă și unde au loc cele mai mari escrocherii.  

    Te anunț nu că toate acestea nu sunt un specific românesc, ci că așa este piața capitalistă - nu doar cea bancară, toate piețele - și că să încerci să schimbi captalismul prin educație comunist-creștină este o naivitate iluministă de mult depășită.

    De altfel, chiar dacă ai reuși, nu sunt deloc sigur că mi-ar place noua lume care ar fi construită pe baza alegerilor personale ale lui Make cu privire la ceea ce este "corect". Prea ar semăna cu lumea din care am ieșit în decembrie 1989.  

    1. Make vorbeste , in primul rand, despre cei sapte ani de acasa!

      Eu nu cred ca, virgula, capitalismul a scos in afara legii bunul simt. 

      Orice negustor, in momentul in care un client ii trece pragul pravaliei, afiseaza un zambet plin de amabilitate cu care spera sa-si cucereasca eventualul cumparator. 

      Nu si bancherii!  

      Acestia, fiind siguri de monopolul pe care il au ii trateaza pe clienti ca pe niste viitori sclavi, eventual facandu-le un hatar din "marinimia" lor fara margini.

      Daca capitalismul este asa cum ti-l inchipui tu, e de preferat comunismul. 

      Ho, ho, ho!

      A venit Mos Craciun! 

      Cind il vreau pe Svejk, scriu de Isarescu. 

      Ia sa vedem ce daruri bogate ne-a adus acum! 

      Este un comentariu fara asemanare. 

      In 27 de ani de publicistica (as zice, prolifica), nu-mi amintesc sa mai fi fost facut comunist crestin. 

      Situatia imi aminteste de o infruntare televizata de acum 20 de ani, intre analistii politici Vladimir Pasti si Dan Pavel, in cursul careia primul a invocat valoarea morala a muncii, iar celalalt i-a retezat-o scurt: "Ia mai lasati-ne cu valoarea morala a muncii, dom'le, astea-s valori comuniste!" 

      Iar Pasti nu a gasit replica. 

      Pe atunci era in voga "Te uiti si cistigi" si asa isi inchipuia Dan Pavel capitalismul. 

      Intre timp, Dan Pavel a devenit mentorul lui Gigi Becali, un fel de caricatura fara talent a raporturilor dintre Aristotel si Alexandru Macedon. 

      Tot asa, m-as incumeta sa te las fara raspuns, pentru ca insailarea ta se destrama la primul bobirnac. 

      Dar, ma gindesc ca vreun Alexandru Macedon dimbovitean te-ar lua in serios ca mentor si vreau sa te ajut. 

      Bobirnacul: " CORÉCT, -Ă, corecți, -te, adj. 1. Care respectă regulile, normele dintr-un domeniu dat; așa cum trebuie. Din fr. correct, lat. correctus./sursa: DEX '09" 

      Daca piata capitalista este reglementata juridic, atunci, contrar lectiilor tale gresite, cuvintul "corect" se regaseste in "vocabularul specializat al pieței capitaliste", cum iti place sa formulezi.  

      Un vocabular cu care nu prea esti familiarizat, de vreme ce ignori ca, dincolo de acordul partilor (consulta naibiii dictionarul, nu mai da definitii din burta!: Contract = Acord încheiat între două sau mai multe persoane , din care decurg anumite drepturi și obligații), mai trebuie sa ai in vedere ca acordul sa respecte LEGEA (cu majuscule, amice).  

      Faptul ca tu ma tavalesti prin ideea de "pret corect, profit corect etc.", ca dupa aceea sa ma dai la tigaie la foc mic, nu are nici o alta justificare decit ca tie iti plac șnițelele. 

      Eu n-am spus nimic asemanator si nimic asemanator nu decurge din ce am zis. 

      Pari sa fii, inca, stigmatizat de viata pe care ai dus-o in "lumea din care am ieșit în decembrie 1989" si in avintul tau anticomunist, sa crezi ca alternativa este fara legi si fara etica. 

      Amice, himera din capul tau este o lume de razboi fara conventii, vorba lui Einstein, un razboi dus cu bite si bolovani.

      Stimate Svejk ,

      Contractul ala la care te inchini tu nu se poate opune legii .Daca apar elemente de inselaciune , impreviziune ,etc contractul nu mai e contract :) De aia exista stat si lege sa apere omul de rand de diversi dastepti care fac contracte de smecherit naivi.Asta daca dorim un stat modern in care drepturile cetatenilor sunt respectate .Daca nu dorim asta mergem pe ideea ta de tipul te-am pacalit sa semnezi si acum esti sclavul nostru :) 

      În mintea ăstora interzicerea jocurilor piramidale reprezintă o barieră în calea capitalismului adevărat.

      Bravada lor anticomunistă are mai degrabă legătură cu propriul trecut. Problema lor nu era comunismul în sine, ci controlul PCR-ului asupra Securității. :) 

      Vai de capul tău Svejk, nu-ți dai seama ca dezvălui gândirea secretă a bankstreilor !

      [mesaj eliminat conform regulamentuluiu]

      CORECT. GURA PACATOSULUI,ADEVAR GRAIESTE. EU NU AM MULTA SCOALA,DAR INDEAJUNS [Fragment eliminat, conform regulamentului] SA PLEC DIN TARA. MAI BINE MUNCESC LA STRAINI DECAT LA HOTI. MULTA SANATATE...BNR,FISC,POLITICA,S I ERA FACEBOOK,O ADUNATURA DE VITEJI SI ISTETI VIRTUALI. IN REALITATE,EU II NUMESC SLUGI IN PROPRIA TARA.

      PATRAULEA,STAI JOS AI NOTA 4

    Creditul cu buletinul a fost prima prostie a bancherilor,incpind cu banca nationala.Ma intreb,daca este banca Romaniei sau a bancilor si bacherilor?

    1. "loi Pompidou, Giscard, Rothschild", en réformant les statuts de la Banque de France empêche l'Etat de "battre monnaie" pour se financer ce qui permet aux banques privées de s'engraisser en encaissant les intérêts de la dette. Certains n'hésitent pas à parler de "casse du siècle".

      La loi no 73-7 du 3 janvier 1973 sur la Banque de France est une loi française, qui modifie le statut de la Banque de France et précise notamment les conditions autorisant l'État à emprunter à la Banque de France. Cette loi est également appelée « loi Pompidou-Giscard » ou « loi Pompidou-Giscard-Rothschild » par l'extrême droite1, ou « loi de 1973 ». 

      Cette loi est élaborée à l'initiative conjointe du gouverneur de la Banque de France, Olivier Wormser, et du ministre de l'Économie et des Finances, Valéry Giscard d'Estaing. Ces dernières années, la loi du 3 janvier 1973 est au cœur d’un débat sur l’endettement public et la création monétaire. 

      BANCA NATIONALA A FOST ESTE SI VA FI O PROSTITUATA INTRE CLIENTI SI BANCHERI.

      Gresit!E doar a bancherilor.La dispozitia lor in toate pozitiile.Isarescu primul la servire.

      Gresit!E doar a bancherilor.La dispozitia lor in toate pozitiile.Isarescu primul la servire.

    Educatie , educatie....Cuvantul suna bine dar problema educatiei nu este doar comunicarea unor informatii ci si modul in care o faci.Lucrul asta e vizibil si la nivelul diferentelor intre invatamantul romanesc si cel din tari avansate. La noi primeaza sistemul pedeapsa-recompensa in care poti forma oameni in diverse domenii dar le induci si reflexul de a pedepsi .Acesti oameni inteligenti odata ajunsi in pozitii de forta in banci , spitale , etc sufera transformari de tip Efectul Lucifer descris de Zimbardo si practic impietresc dpdv empatic , emotional.Cam asta se intampla deci educatia ar trebui sa aiba la baza empatia pentru a nu deveni o simpla acumulare de informatii.Degeaba stie cineva ca poate face un bine daca nu simte sa il faca nu il va face.Bancile stiu ce trebuie sa faca dar nu stim cate empatizeaza cu clientii si sunt dispuse la solutii reciproc avantajoase.Si mai e un aspect important in faptul ca daca bancile vor simti in faptul ca au scapat usor in criza un mesaj ca mai pot gresi din nou in acelasi mod s-ar putea ca urmatoarea criza sa fie si mai dura.Daca tot au fost iertate si ajutate si ele ar trebui sa ierte si sa ajute clientii .Umanizarea bancilor trebuie facuta vorba domnului Vasilescu daca nu sa angajeze doar roboti :)

    1. In completare as spune ca bancile folosesc emotia pozitiva in reclama la credite de genul fa-te om la casa ta , mergi in vacanta dorita , etc dar cand apar probleme au reflexul emotiilor negative adica hotule , nu mai vrei sa platesti , strange cureaua ,etc .Ori creditul fiind o relatie pe termen lung cu banca nu poate fi privit decat cu incredere si emotie pozitiva pt ca banca stie clar ca exista cicluri economice , ca oamenii pot avea problemediverse , etc .Daca banca si-ar calcula corect riscul nu ar mai ajunge in postura de a acuza de reacredinta clientul ajuns in impas si ar gestiona corect redresarea lui sau in caz extrem ar ajunge la o executare silita cu fata umana sa zicem.Clientul si banca trebuie sa fie parteneri , ambii sa castige si sa se respecte , iar modelul comportamentului trebuie dat prin exemplu de banca .Daca banca e corecta clientul nu poate invoca abuzuri si este obligat sa fie si el corect sau sa accepte masurile luate .Empatia client banca e esentiala mai ales la credite pe zeci de ani.

    I se intocmise dosar de subminare a economiei nationale dar persoana cu pricina a fost data afara!

    Legea george-Pompidou a interzis bancilor Nationale sa mai creeze moneda, drept regalian de altfel! 

    1. Le point de départ de la démonstration, et sa clé de voûte, c’est la création de monnaie. Elle s’opère via l’émission des bons du Trésor qui sont acquis par les banques et échangés ensuite en monnaie auprès de la Federal Reserve sous la forme d’un chèque tiré à partir d’un compte sur lequel il n’y a rien. En accordant des prêts à leurs clients les banques seraient à l’origine de 92 à 96% de la création de monnaie.

      La majeure partie des taxes prélevées au niveau fédéral ne sont pas destinées aux routes ou aux écoles mais bien à payer les intérêts des bons du Trésor acquis par la Fed en émettant des chèques sur un compte vide. " La Fed commet une fraude " affirment les auteurs. " Vos taxes sont siphonnées par un système qui est aux mains de quelques uns ". 

      Le système monétaire n’est rien d’autre qu’une " forme de vol légalisé, de la fraude, un système en pyramide, une escroquerie " au centre duquel se trouve la Federal Reserve et ses actionnaires secrets qui touchent un dividende de 6% : les banques. Des banques qui font sonner le tiroir caisse a chaque étape de la création de monnaie 

      La critique de la « loi de 1973 » s’inscrit en fait dans un débat économique plus large, notamment sur la création monétaire. La France a en 2014 une dette de plus 2 000 milliards d’euros. La France a déjà payé plus de 1 400 milliards d’euros d'intérêts26 à ses créanciers depuis quarante ans.

      Jusqu'en 1972, la Banque de France pouvait prêter à l’État sans intérêt 10,5 milliards de francs (équivalant à 10 milliards d'euros de 201527) puis 10 autres milliards de francs (FRF) à taux très faible8. Au-delà, l'État devait emprunter sur le marché privé. C'est ce qui s'est passé en 1973 alors que la baisse de la TVA introduite en janvier a supprimé d'un coup 7,5 milliards de francs de recettes28. Ce montant de 20,5 milliards de FRF de 1973 (17,8 milliards d'euros de 201527) défini dans la loi de 1973 était supérieur à ce que la Banque de France prêtait à l'État au cours des années précédentes8. 

      Des essayistes, économistes, et personnalités politiques pensent que la loi de 1973 oblige l'État à emprunter aux marchés financiers privés par son article 25 : « le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l'escompte de la Banque de France. ». En réalité, ce n'est qu'en 1993, avec le Traité de Maastricht29, qu'une telle interdiction de principe est énoncée pour la première fois25 dans son article 104, paragraphe 1 également réécrit à l'article 123 du Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE)30. 

      En effet l'article 19 de la loi de 1973 autorise l'État à emprunter à la Banque de France, mais il ne permet pas au Parlement lui-même de se servir de cette initiative : « Les conditions dans lesquelles l'État peut obtenir de la Banque des avances et des prêts sont fixées par des conventions passées entre le ministre de l'Économie et des Finances et le gouverneur, autorisé par délibération du conseil général. Ces conventions doivent être approuvées par le Parlement. » En outre, la loi de 1973 ne présentait pas de forte rupture par rapport à ce qui préexistait : ainsi, l'article 25 de la loi de 73-7 du 3 janvier 1973 dispose : « le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l'escompte de la Banque de France », qui reprend presque mot pour mot une interdiction qui avait été introduite par Léon Blum, dans la loi du 24 juillet 1936. L'article 13 de cette loi de 1936 précise en effet que « tous les effets de la dette flottante émis par le Trésor public et venant à échéance dans un délai de trois mois au maximum sont admis sans limitation au réescompte de l’Institut d’émission, sauf au profit du Trésor public 

      Selon les critiques de cette pratique, la classe politique s'est soumise aux marchés financiers qui sont les créanciers de l'État. Ces créanciers lui dictent ainsi une politique économique avec les agences de notation dont les notes influent sur les taux d'intérêts32. Et ce, alors même que l'État et la Banque centrale européenne prêtent aux banques privées (dans le cadre des plans de renflouement) à des taux moins élevés que ces mêmes banques privées lorsqu'elles prêtent aux États33.

      Le débat sur cette loi s'est beaucoup répandu sur internet. Il a notamment été porté par Étienne Chouard qui a préfacé le livre de l'essayiste altermondialiste André-Jacques Holbecq La dette publique, une affaire rentable, publié en 200834. Sans nommer la « loi de 1973 », le webdocumentaire L'Argent Dette fustige lui aussi le fait que les États empruntent de l'argent et payent des intérêts, alors qu'ils pourraient créer l'argent35. Étienne Chouard et L’Argent Dette citent tous deux également l'équivalent américain de la loi de 1913 sur la réserve fédérale. 

      Le documentaire franco-allemand d'Arte, La dette, une spirale infernale ?, diffusé le 3 février 2015, s'attaque aussi à ce problème. La loi en question n'est pas proprement annoncée, mais y est critiqué le pouvoir des banques de créer de l'argent à partir de rien, contre une promesse de remboursement. Bernard Maris y explique notamment (dès 20 min 45 s) : « L'argent, qui était devenu un bien public – c'est-à-dire que l'État gérait la création monétaire – est redevenu un bien privé, créé par les banques, de grandes puissances autonomes, dans les années 1970, et après ça n'a fait que s'amplifier. [...] Ça veut dire que la création de l'argent qui vous permet de vivre est soumis à des intérêts privés, donc des gens vont faire du profit sur ce qui normalement devrait vous permettre uniquement de faire des transactions. Le fait que l'argent ait été privatisé, d'abord cela donne des privilèges exorbitants aux banques, qui peuvent créer à l'infini de l'argent, et ça leur donne une tutelle sur l'économie qu'elles n'avaient pas, puisque c'était plutôt les producteurs qui avaient cette tutelle, et maintenant ce sont les financiers qui l'ont41. »

      C'est aussi l'avis de Michel Rocard qui estime que cette loi a « interdit à l’État de se financer sans intérêt auprès de la banque de France » et l'a obligé à « aller se financer sur le marché financier privé à 4 ou 5 % ». 

      Des critiques, comme Emmanuel Todd, vont jusqu'à considérer que la dette est illégitime et ne doit pas être remboursée 

    Cei din BNR au cea mai mare vina,că au lăsat bancherii să folosească practici în înșelătoare la acordarea unui credit, inserarea de clauze abuzive în contracte, un comportament arogant față de clienți,și lăsarea fără o,protecție împotriva cămătăriei bancare practicată de aproape toate băncile din România.

    ne asteptam la o...trilogie, in intampinarea comparatiei cu oita miorita...

    Numărul deciziei

    18 

    Data 

    30 mai 2017 

    Instanța 

    ICCJ 

    Ce s-a decis 

    Admite sesizarea formulată de Curtea de Apel București Secția I penală, în dosarul nr.61261/3/2010, prin care se solicită pronunțarea unei hotărâri prealabile pentru dezlegarea următoarei chestiuni de drept: dacă în sensul legii penale, funcţionarul bancar, angajat al unei societăți bancare cu capital integral privat, autorizată și aflată sub supravegherea Băncii Naţionale a României, este funcţionar public, în accepţiunea dispoziţiilor art.175 alin.(2) din Codul penal și, în consecință, stabilește că: 

    În sensul legii penale, funcţionarul bancar, angajat al unei societăți bancare cu capital integral privat, autorizată și aflată sub supravegherea Băncii Naţionale a României, este funcţionar public, în accepţiunea dispoziţiilor art.175 alin.(2) din Codul penal. 

    Obligatorie de la data publicării în Monitorul Oficial al României, Partea I, potrivit art.477 alin.(3) din Codul de procedură penală. 

    Pronunțată, în ședință publică, astăzi, 30 mai 2017.

    1. Ce numar are dosarul la ICCJ?

      Dosar nr.61261/3/2010

    Seful bandei trebuie sa raspunda pentru nenoricirile si inselatoriile pe care le.a facut in Romania.

    1. Si suffisamment de gens s’informent, le monde changera parce que le système changera.

      Parce qu’il s’agit du plus grand secret caché de l’argent. Jamais autant de personnes ont été dévalisées par si peu. 

      Ils disent que l’argent ne pousse pas sur les arbres mais la vérité est que le système bancaire moderne crée de la monnaie beaucoup plus vite que que les arbres poussent. 

      La plupart des gens n’ont pas la moindre idée de la façon dont la monnaie est créée. Les économistes et les banquiers donnent l’impression que c’est si complexe, que les gens pensent qu’ils ne peuvent pas comprendre. Mais je vais explorer notre système monétaire jusqu’à son essence afin que vous puissiez comprendre l’arnaque et comment elle vous affecte. 

       

      Chaque société moderne crée de la monnaie de la même manière, mais vu que le dollar américain représente la plus grande partie de la monnaie du monde, je vais l’utiliser pour illustrer mes propos. 

      Tout commence lorsque certains politiciens disent « Votez pour moi et je vais m’assurer que le gouvernement vous donnera plus de trucs gratuits que mon adversaire ». 

      Mais il n’y a rien de gratuit. Donc pour pouvoir fournir autant de choses gratuites, les politiciens votent pour que le pays dépense plus qu’il ne gagne. C’est ce qu’on appelle le déficit budgétaire. 

      Pour payer cette dette, le Trésor emprunte de la monnaie en émettant une obligation. 

      Qu’est-ce qu’une obligation ? Ce n’est rien de moins qu’une reconnaissance de dettes avec des guirlandes. C’est un joli morceau de papier avec des numéros imprimés dessus qui dit « Prête-moi un billion de dollars aujourd’hui et je te promets que sur une période de 10 ans je vais te rembourser ce billion de dollars, avec les intérêts. » 

      Mais ce que vous devez comprendre, c’est que les obligations du Trésor sont notre dette nationale. Ces reconnaissances de dette doivent être remboursées par vous et moi et nos descendants via l’imposition future. 

      Par conséquent : Lorsque le gouvernement émet une obligation, il vole la prospérité de l’avenir afin de pouvoir l’utiliser aujourd’hui.Le Trésor détient alors les enchères des obligations et les plus grandes banques du monde se présentent et se font concurrence pour acheter une partie de notre dette nationale et pour faire du profit avec en gagnant des intérêts. 

      Vous remarquerez pendant que nous évoluons dans ce processus les grandes banques prennent leur part à chaque étape. Ce n’est pas par hasard comme vous le verrez bientôt. 

      Ensuite, par un jeu de passe-passe appelé opérations du marché, les banques arrivent à vendre une partie de ces obligations à la Réserve fédérale avec bénéfice. Pour payer les obligations, la Réserve fédérale ouvre son grand chéquier et écrit des bons gros chèques en blanc qui doivent s’équilibrer, parce qu’ils sont sur un compte qui doit toujours avoir un solde à zéro, il n’y a jamais un centime dedans. 

      Pour citer la Réserve fédérale de Boston: « Quand vous ou moi écrivons un chèque, il doit être provisionné pour couvrir le chèque, mais quand la Réserve fédérale écrit un chèque il n’y a pas de dépôt bancaire sur lequel le chèque est écrit. Lorsque la Réserve fédérale écrit un chèque, elle crée de l’argent. » 

      La Fed remet ensuite ces chèques aux banques et à ce moment, de la monnaie est créé. 

      Les banques prennent alors cette monnaie pour acheter davantage d’obligations du Trésor aux prochaines enchères. 

      Mais qu’est-ce qu’un chèque ? Un chèque est également une reconnaissance de dette. Lorsque vous écrivez un chèque, vous faites une note qui dit : « Voilà une reconnaissance de dettes pour de l’argent comptant, tout ce que vous avez à faire est d’aller à la banque et de l’encaisser. » 

      Maintenant, c’est très très important que vous compreniez ce processus parce que nous allons y revenir plus tard et vous montrer l’effet dévastateur que cela a sur vous. 

      Le trésor émet des reconnaissances de dettes, des obligations. 

      Les banques achètent ensuite ces reconnaissances de dette avec la monnaie. La Réserve fédérale écrit ensuite des reconnaissances de dette (chèques) et les donne aux banques en échange de reconnaissances de dettes du Trésor, les obligations. Et la monnaie est créée. 

      Alors ce qui se passe vraiment, c’est que la Réserve fédérale et le Trésor sont tout simplement en train d’échanger des reconnaissances de dette, les banques servant d’intermédiaires, et abracadabra, la monnaie jaillit comme par magie. 

      Ce processus se répète encore et encore pour enrichir les banques et endetter le public en augmentant la dette nationale. 

      Le résultat, c’est qu’il y a une accumulation d’obligations de la Réserve fédérale et de monnaie au Trésor. Ce processus est également l’origine de la monnaie papier. La Réserve fédérale et le gouvernement l’appellent à tort l’« argent de base » parce qu’ils n’ont pas regardé l’épisode 1 de cette série, et ils ne connaissent pas la différence entre l’argent et la monnaie. 

      Mais je vais la nommer « Base monétaire » parce que ce n’est pas de l’argent c’est de la MONNAIE, et nous avons vu qu’il y a une grande différence : L’argent doit être une réserve de valeur et doit maintenir son pouvoir d’achat sur de longues périodes de temps. 

      Nous avons appris dans l’épisode 1 que plus tôt dans notre histoire, notre papier-monnaie n’était qu’un chèque à encaisser. C’était une représentation de l’argent réel avec une valeur intrinsèque, l’or et l’argent qui est déposé au Trésor. Vous pouviez entrer dans n’importe quelle banque et poser votre monnaie, disons par exemple un billet de 20 dollars sur le comptoir, et racheter de l’argent sous forme d’une pièce d’or de 20 dollars. 

      Mais maintenant, cette devise de base qui est en train de s’accumuler ici n’est rien de plus qu’un reçu, un chèque de réclamation sur une reconnaissance de dettes. Ce n’est rien de plus qu’un stock de chiffres. 

      Le Trésor dépose ensuite la monnaie nouvellement créée dans les diverses branches du gouvernement, et les politiciens disent « Eh, merci ! ». Le gouvernement dépense son déficit sur des travaux publics, des programmes sociaux et la guerre. 

      Les employés du gouvernement, les entrepreneurs et les soldats déposent ensuite leurs salaires la banque. 

      Maintenant, c’est peut-être choquant pour vous, mais quand vous déposez votre monnaie à la banque vous n’êtes pas en train de le déposer dans un compte en sécurité pour vous. 

      Au lieu de cela, vous êtes en train de prêter votre monnaie à la banque, et dans certaines limites légales, 

      ils peuvent en faire à peu près tout ce qu’ils veulent. Cela comprend le jeu de la Bourse, et les prêts à bénéfice, bien sûr. 

      C’est là que la machine à créer de la monnaie s’enraye, parce qu’il y a quelque chose appelé « prêt de réserve fractionnaire » qui entre en jeu. 

      Le prêt de réserve fractionnaire est exactement ce que son nom indique. Les banques peuvent réserver qu’une fraction de vos dépôts et doivent laisser le reste. Bien que les ratios de réserve peuvent varier, je vais utiliser un ratio de réserves de 10 pour cent pour notre exemple. 

      Si vous déposez 100 dollars dans votre compte, la banque ne peut légalement en prendre que 90 dollars pour les prêter sans vous le dire. La banque doit garder dix dollars de votre dépôt en réserve juste au cas où vous en voudriez un peu. 

      Ces réserves sont appelées « encaisses en billets ». 

      Mais pourquoi votre compte bancaire dit toujours que vous avez cent dollars si la banque en a volé quatre-vingt-dix ? 

      Parce que la banque a laissé des reconnaissances de dette appelées « crédit bancaire ». 

      Je sais que ça semble fou, mais c’est écrit noir sur blanc à la Fed : « Les banques commerciales créent de l’argent chèque lorsqu’ils accordent un prêt en ajoutant simplement de nouveaux dollars de dépôts dans des comptes sur leurs livres en échange d’une reconnaissance de dettes de l’emprunteur ». 

      Ce ne sont que des chiffres que les banques entrent dans leurs ordinateurs, et même si ces reconnaissances de dettes sont très différentes des numéros de la monnaie de base (parce qu’ils n’existent que dans dans les ordinateurs), ils sont encore monnaie. Alors maintenant, il y a cent quatre-vingt-dix dollars qui existent. 

      Les gens souscrivent à des prêts auprès des banques, pour acheter quelque chose. Ils vont acheter une maison ou une voiture ou quelque chose comme ça. 

      Donc, l’emprunteur prend les quatre-vingt dix dollars que la banque qui lui a prêté depuis votre compte, et il paie le vendeur de produit. 

      Mais alors, le vendeur dépose la monnaie sur son compte, et sa banque peut en prêter 90% et laisser le nombre de crédits bancaires à sa place. 

      Alors maintenant, il y a deux cent soixante et onze dollars en circulation. 

      Ce processus se répète et se répète jusqu’à ce qu’en vertu d’un ratio de réserves de 10 pour cent, un dépôt initial de seulement une centaine de dollars peut créer jusqu’à mille dollars de crédit bancaire, le tout soutenu par cent dollars d’encaisse en billets, seulement 10 pour cent. 

      Mais comme je le disais, les taux de réserves varient énormément sur certains dépôts, c’est 10 pour cent, sur d’autres c’est 3 pour cent et sur certaines formes de dépôts, les réserves obligatoires sont nulles ! Le résultat est que l’expansion de l’offre de monnaie par les banques est bien plus grande encore que cet exemple vous amène à croire. 

      Encore une fois, lorsque la monnaie est déposée dans les banques, les banques la prêtent et puis elle est redéposée, et reprêtée, redéposée, et reprêtée, et redéposée, et reprêtée, encore et encore, créant ainsi du crédit bancaire tout du long. 

      C’est de là que la grande majorité de notre approvisionnement en monnaie vient. En fait, 92 à 96 pour cent de toute la monnaie qui existe n’est pas créée par le gouvernement, mais par le système bancaire. 

      Maintenant, des quantités massives de monnaie crachée dans la société peuvent à première vue sembler être une idée amusante, jusqu’à ce que vous vous souveniez de l’un des secrets cachés de l’argent les plus importants de l’épisode 1 : les prix des biens et services courants agissent comme une éponge sur un apport de monnaie en expansion. 

      Plus il y a de monnaie, plus les prix augmentent. C’est là que l’inflation entre en jeu. 

      La vraie définition de l’inflation est une expansion de la masse monétaire, la hausse des prix n’en est que le symptôme. 

      Donc, notre masse monétaire n’est rien qu’une poignée de dollars dans cette escroquerie abracadabrantesque où le Trésor et la Réserve fédérale échangent des reconnaissances de dette glorifiés et une série de chiffres que les banques ne font que taper dans leurs ordinateurs. 

      C’est tout ! C’est notre masse monétaire toute entière. 

      Rien qu’un stock de chiffres. Certains d’entre eux imprimés, la plupart entrés dans un ordinateur, et il n’y a rien d’autre. 

      Mais si vous pensiez que c’était fou, préparez-vous à entrer dans la zone crépusculaire de l’économie moderne. 

      Nous travaillons pour une partie de cet approvisionnement en monnaie. 

      La vraie richesse est votre temps, mais nous bradons des moments de nos vies, heure après heure, jour après jour, année après année pour des numéros que quelqu’un a imprimé sur des morceaux de papier ou tout simplement entré dans un ordinateur. 

      Ces chiffres représentent notre sang, notre sueur, nos larmes, notre travail, nos idées et notre talent. 

      Nous sommes ce qui donne à la monnaie sa valeur. 

      Mais voici la plaisanterie la plus cruelle : nous travaillons dur, afin de pouvoir économiser une partie de cette monnaie, afin que nous puissions payer nos impôts. Aux États-Unis, c’est l’IRS qui va transmettre l’argent au Trésor, afin que le Trésor puisse payer le principal et les intérêts sur cette obligation que la Réserve fédérale a acheté avec un chèque écrit sur un compte avec rien dedans. 

      Maintenant, nous allons faire un récapitulatif sur cette section car c’est là que le système commence à vous voler à une échelle massive. 

      Une grande partie de nos impôts ne sont pas utilisés pour les écoles, les routes et les services publics, mais pour payer les intérêts sur les obligations que la Réserve fédérale achetées avec un chèque écrit sur un compte qui n’a rien dessus. La Réserve fédérale est en train de commettre une fraude. 

      Mais voici l’un des plus grands secrets de tous: 

      Avant la création de la Réserve fédérale, il n’y avait pas besoin d’impôt sur le revenu. 

      La Réserve fédérale a été créée en 1913 et cette même année, la Constitution a été modifiée pour permettre l’impôt sur le revenu. 

      Pensez-vous vraiment que c’était juste une coïncidence? Demandez-vous combien d’impôt sur le revenu vous avez payé au cours de votre vie. Une grande partie a été silencieusement siphonnée vers ceux qui possèdent le système. 

      Oui, ce système a des propriétaires. Qui ils sont, est encore plus secret, et nous allons y venir, mais nous devons d’abord comprendre le charabia du soi-disant « plafond de la dette ». 

      Tout est basé sur un énorme paradoxe: Il y avait des intérêts dus sur cette obligation, et il y avait des intérêts dus sur chacun de ces prêts que les banques ont fait. 

      Cela signifie qu’il y a des intérêts dus sur chaque dollar en circulation. 

      Permettez-moi de vous demander quelque chose: si vous empruntez le premier dollar qui existe et que c’est le seul dollar qui existe sur la planète, mais vous vous engagez à le rembourser avec d’autres dollars en intérêts, où obtiendrez-vous le deuxième dollar pour payer les intérêts? 

      La réponse est que vous devrez emprunter celui qui existe et promettre de le rembourser avec intérêt aussi, alors maintenant il y a deux dollars qui existent mais vous en devez quatre, et ainsi de suite. 

      Le résultat est qu’il n’y a jamais assez de monnaie pour payer la dette. 

      Il y a toujours plus de dettes dans le système qu’il n’y a de monnaie existante pour payer la dette. 

      Par conséquent, l’ensemble du système est impossible, il est fini, il viendra à une fin un jour. 

      Que se passerait-il si le gouvernement arrêtait d’emprunter pour faire du déficit budgétaire? Les paiements sur les obligations du Trésor ne vont-ils pas s’arrêter? Que se passerait-il si le public cessait d’emprunter et de s’endetter encore plus? Est-ce que votre maison et les paiements de voiture vont s’arrêter? 

      Non, il y a une échéance chaque mois sur le principal majoré des intérêts sur chaque dollar en existence et ces paiements ne s’arrêtent pas. 

      Si nous nous arrêtons d’emprunter, alors aucune nouvelle monnaie est créée pour remplacer la monnaie que nous avons utilisée pour effectuer ces paiements. 

      Que vous effectuiez un paiement sur un prêt ou payiez un impôt pour effectuer un paiement sur une obligation, la partie du paiement qui sert à rembourser le capital éteint cette partie de la dette. Mais la dette détruit également la monnaie. 

      La monnaie et la dette sont comme la matière et l’anti-matière. Quand elles se rencontrent, elles s’annihilent. 

      Si nous venons de rembourser le capital seulement sur tous les prêts et les obligations qui existent, toute le stock de monnaie disparaît tout simplement. 

      Donc, si nous ne sommes pas endettés plus chaque année regardez ce qui arrive: le tout s’enfonce dans un effondrement déflationniste sous le poids de ces paiements. 

      Les politiciens et les experts parlent d’équilibre budgétaire de remboursement de la dette et de vivre selon nos moyens. 

      Ils ne comprennent pas que c’est déflationniste. Il est impossible de le faire avec notre système monétaire actuel sans faire s’effondrer l’économie dans son ensemble. 

      C’est pourquoi toute discussion sur un plafond de la dette n’est pas seulement ridicule, c’est une illusion. Le système est conçu pour exiger des niveaux toujours croissants de dette juste pour continuer, et c’est pourquoi les politiciens botteront toujours en touche et relève ce fameux « plafond de la dette », encore et encore jusqu’à ce que tout le système s’effondre enfin sous son propre poids. 

      En d’autres termes, ils ne veulent pas qu’il s’effondre sous leur mandat. 

      Les pères fondateurs des États-Unis connaissaient les dangers de la banque central ont lutté pour se libérer de cette chose même. 

      La guerre révolutionnaire a commencé par une révolte fiscale, mais maintenant nous devons payer un impôt juste pour avoir un système monétaire. 

      Ayant souffert de l’hyperinflation du Dollar Continental, qui a été imprimé dans l’oubli pour financer la guerre révolutionnaire, ils ont compris les dangers de la monnaie fiduciaire et des systèmes monétaires basés sur de la dette. 

      Donc, pour protéger les générations futures contre le vol institutionnel et contre le gouvernement hors de contrôle, ils ont écrit dans la Constitution que seuls l’or et le métal argent peuvent être de l’argent, pour le simple fait que vous ne pouvez pas les imprimer. 

      Notre système actuel est non seulement inconstitutionnel, mais il nous prive de la liberté et de la prospérité pour lesquels nos ancêtres se sont battus et sont morts. Nous ressentons tous les effets de l’ignorance de la Constitution en ce moment. 

      En mettant de force plus de monnaie en circulation notre pouvoir d’achat est dilué. L’inflation est une taxe furtive, lente et insidieuse c’est simplement le résultat de ce système monétaire basé sur la dette. 

      Ce système profite à ceux qui créent la monnaie et qui la reçoivent les premiers puisqu’ils peuvent le mettre en circulation avant qu’il ait un effet sur l’économie. 

      Ils nous volent notre pouvoir d’achat et le transfèrent aux banques et au gouvernement chaque heure de chaque jour, à cause de ce mauvais système monétaire. Et ce n’est pas comme si les gens d’en haut ne le savaient pas. 

      Pour citer la Réserve fédérale: « La baisse du pouvoir d’achat subie par les détenteurs de monnaie en raison de l’inflation, apporte des gains aux émetteurs de monnaie. » 

      Il s’agit d’une fraude, c’est un système pyramidal, il s’agit d’une chaîne de Ponzi, c’est une arnaque et un mensonge. Notre système monétaire entier n’est rien d’autre qu’une forme de vol légalisé. 

      Mais voici la plus grosse arnaque de toutes : La Réserve fédérale n’est pas fédérale – elle a des actionnaires. Il n’existe aucun organisme fédéral qui a des actionnaires. 

      Qu’est-ce qu’un actionnaire? Une action représente un pourcentage de participation dans une société, de sorte que les actionnaires sont les propriétaires de cette société. 

      Par conséquent, la Réserve fédérale est une société privée avec des propriétaires et vous pouvez le voir par vous-même si vous allez sur le site de la Réserve fédérale . Il est inscrit que « les actionnaires reçoivent un dividende annuel de six pour cent. » 

      Maintenant, nous savons que le stock de la Réserve fédérale était à l’origine émis pour les plus grandes banques des États-Unis, mais par les fusions et acquisitions au fil des années vous ne pouvez pas réellement tracer qui est propriétaire du stock de la Réserve fédérale. C’est un secret très étroitement gardé. 

      Je dirais que les propriétaires sont les premiers intermédiaires, les banques qui obtiennent de faire un profit en vendant une partie de notre dette nationale, ces obligations, à la Réserve fédérale qui les achète avec un chèque en blanc ! 

      Ensuite, nous payons un impôt pour payer le capital et les intérêts sur ces obligations afin que la Réserve fédérale puisse payer aux banques un dividende de 6%. 

      Ne vous inquiétez pas si vous ne comprenez pas bien l’arnaque de ce système au premier coup d’œil. Très peu de gens y arrivent. C’est complexe. 

      L’économiste John Maynard Keynes a écrit: « Ainsi, le gouvernement peut secrètement confisquer la richesse du peuple et pas un homme sur un million détectera le vol. » 

      Je crois que présenté correctement, n’importe qui peut comprendre le système, quelle que soit sa complexité. 

      Étape 1 > Le gouvernement crée des reconnaissances de dette. Ces obligations augmentent notre dette nationale, et engagent le peuple pour la rembourser.

      Étape 2 > Les reconnaissances de dette sont échangées pour créer de la monnaie. Le Trésor vend ces obligations aux banques. Les banques changent alors de casquette et vendent notre dette nationale à profit à la Réserve fédérale, dont ils sont probablement propriétaires. La Réserve fédérale ouvre alors son carnet de chèques en blanc et achète ces reconnaissances de dette avec des reconnaissances de dette, et les encaisse sur un compte à solde nul. 

      Ensuite, ils donnent ces chèques aux banques, la monnaie apparaît et le processus se répète. 

      Il en résulte une accumulation d’obligations à la Réserve fédérale, et de monnaie au Trésor, qui n’est vraiment que création de chiffres. 

      Le Trésor dépose ensuite les chiffres dans les diverses branches du gouvernement. 

      Étape 3 > Le gouvernement dépense les chiffres pour des promesses, des travaux publics, des programmes sociaux et la guerre. Ensuite, les employés du gouvernement, les entrepreneurs et les soldats déposent leur salaire dans les banques. 

      Étape 4 > Lorsque les banques multiplient les chiffres en créant par magie plus de reconnaissances de dette par des prêts de réserve fractionnaire, où ils volent une partie du dépôt de tout le monde pour le prêter. 

      Cette monnaie est rendue et ainsi une partie est volée à nouveau, et le processus se répète encore et encore, magnifiant l’offre de monnaie de manière exponentielle. Ensuite, nous travaillons pour certains de ces chiffres. 

      Étape 5 > Nos chiffres sont imposés. Nous payons des impôts à l’IRS qui envoie ensuite nos numéros au Trésor, de sorte que le Trésor puisse payer le principal majoré des intérêts sur les obligations qui ont été achetées par la Réserve fédérale avec un chèque en blanc. 

      Étape 6 > L’illusion du plafond de la dette. Le système est conçu pour avoir un besoin sans cesse croissant de niveaux de dette et il finira par s’effondrer sous son propre poids parce que les politiciens bottent toujours en touche, ils ne veulent pas qu’il s’effondre sous leur mandat. 

      Étape 7 > Les propriétaires « secrets » prennent leur part. Les plus grandes banques du monde sont propriétaires de la Réserve fédérale, ces banques font du profit en vendant notre dette nationale à la Fed, ils font du profit quand la Fed leur verse des intérêts sur les réserves détenues à la Fed, et la Fed leur verse un dividende de six pour cent sur leur propriété de la Fed. 

      Ce système est fondamentalement mauvais. Il véhicule la richesse de la population active vers le secteur bancaire et le gouvernement. 

      Il est la cause des booms artificiels et des emballements des économies modernes, et il provoque une grande disparité de richesse entre les riches et la classe ouvrière. 

      ET – il n’est possible que parce que nous n’utilisons plus de l’argent réel, mais de la monnaie papier. 

      Mais le pire de tout, c’est une forme d’esclavage. 

      « Bond » (obligation) est la racine du mot « bondage » (servitude). Chaque fois qu’un gouvernement émet une obligation, c’est une promesse de nous faire payer de l’impôt à l’avenir. 

      Personne ne vous a demandé si vous vouliez payer de l’impôt aujourd’hui pour la prospérité que nous avons tous connu au siècle dernier. Personne ne demande à nos enfants s’ils veulent travailler dur à l’avenir pour payer la prospérité dont nous profitons maintenant. 

      George Washington a écrit à James Madison: « Aucune génération n’a le droit de contracter des dettes plus forte que ce qui peut être payé au cours de sa propre existence ». 

      En volant la prospérité de demain, afin de la dépenser aujourd’hui nous asservissons les générations futures. 

      Maintenant, tout cela semble assez mauvais, mais il y a beaucoup d’espoir car VOUS êtes la plus grande menace de ce système monétaire. Ce système repose sur le fait que le public ignore son fonctionnement. 

      Merci de partager cela avec ceux que vous connaissez, parce qu’un public informé qui comprend parfaitement le système peut construire un avenir meilleur pour les générations à venir. 

      Et maintenant, je vous laisse avec cette citation, d’un ancien directeur de la Banque d’Angleterre: 

      « Le système bancaire moderne fabrique de l’argent à partir de rien. Le processus est peut-être le tour de passe-passe le plus étonnant qui ait jamais été inventé. La banque a été conçu dans l’iniquité et est née dans le péché. Les banquiers possèdent la terre. Prenez-la leur, mais si vous leur laissez le pouvoir de créer l’argent et de contrôler le crédit et avec un coup de stylo, ils créeront assez d’argent pour le racheter. Si vous souhaitez continuer d’être les esclaves des banquiers et de payer le coût de votre propre esclavage, laissez-les continuer à créer de la monnaie, et à contrôler le crédit. » 

      La Réserve fédérale à Washington DC est située sur Constitution Street, et c’est aussi paradoxal que le fait que la Fed de New York est sur Liberty Street. 

      Les deux sont anti-constitutionnelles, les deux limitent notre liberté, et transfèrent la richesse loin de nous chaque seconde de chaque jour vers la Réserve fédérale, vers le gouvernement et vers le secteur bancaire. 

      VOUS faites maintenant parti du un sur un million capable de détecter le vol de votre prospérité. 

      Alors la grande question est, que pouvez-vous faire à ce sujet? 

      1. Regardez cette vidéo jusqu’à ce que vous puissiez la décrire et l’expliquer aux autres. Ceux qui comprennent le système peuvent se préparer pour son effondrement inévitable et se protéger. L’histoire montre que ceux qui ne seront pas prêts seront probablement anéantis. 

      2. Partagez cette vidéo avec tout le monde, en particulier ceux que vous aimez. Postez cette vidéo sur Facebook, Twitter, envoyez-la par mail à vos proches. Partagez-la partout où vous le pouvez. 

      Le système actuel monétaire mondial est basé sur un schéma vieux de trois cents ans destiné à enrichir une minorité au détriment du plus grand nombre. Il doit y avoir une meilleure voie. 

       

      Ron Paul: « Nous devons changer les mentalités des gens et plus les gens comprendront, mieux ce sera, et je pense que nous sommes au point où plus de gens dans les dernières années, depuis quatre ou cinq ans, ont pensé à la Fed plus qu’ils l’ont fait dans les 95 années précédentes. Je pense qu’une explication et un schéma pour le montrer est très utile parce que franchement, ils ne vont pas le faire à l’école primaire, ils ne vont pas le faire au lycée, ils ne vont pas le faire à l’université, sauf si ils sont dans une circonstance particulière pour comprendre comment cela fonctionne. » 

       

      Steve Forbes: « Comme nous le savons la Réserve fédérale estime qu’elle peut créer de l’argent à partir de rien, et se rend pas compte de l’argent est censé représenter des produits et services réels et ce que les gens ne réalisent pas, c’est que quand la Fed le fait, comme Keynes l’a fait remarqué, c’est une forme d’imposition, c’est une forme de confiscation et comme les gens ne le voient pas les politiciens s’en sortent, mais cela sape également la confiance sociale, c’est juste corrosif dans la société. Nous allons avoir beaucoup de bouleversements dans les années à venir, mais ça va être le genre de turbulences qui mènent à des choses positives. Donc, ne désespérez pas, sortez et battez-vous parce que le vent va tourner. Cela va être la fin des étatistes. »  

      Le plus puissant gouverneur de la banque nationale a reussi seulment avec une idee formidable de baisser le taux en monnaie etrangere te quarante proecent a Zero avec les mots:serait sage....:-)

    In timp ce sistemul bancar in efect de piramida ofera milioane de euro sefului.

    Efectul de multinationala: cei multi considerati sclavi moderni lucreaza pentru seful de piramida.

    As mai avea ceva de comentat dar acest articol se adreseaza cititorilor " selecti". Oricum prima pagina de azi izbeste ochilul cu " altceva". 

    1. Si tu nu esti un prost platit Topsac? De speculanti imobiliari? Ba da! Si mai esti si analfabet pe deasupra.

      Nu sunt Topsac. Ce treaba am eu cu speculanti imobiliari fara credit? Analfabet cum ai ajuns la concluzia ca sunt?

      Daca astea sunt toate argumentele care le-ai putut debita la opinia mea, te rog pe viitor abtine-te! 

    Ultima stire:prin externalizarea creditelor neperfomante de catre bancii.Dl.Manole a marit datoria publica externa a tarii,iar acum vrea Sa transforme datoriile in capital......ca sa ascunda mizeriile facute dl Manole doreste sa dreaga busuiocul,tot din banii nostri ai romanilor.

    1. Nu există credite neperformante. Se poate vorbi despre credite achitate la 5% din valoare ceea ce este altceva.

    Romanii cu credite va multumesc din suflet pentru toate articolele publicate ,pentru onestitatea si curajul de a spune adevarul despre mafia bancara care, din pacate guverneaza romania ,iar cand anaful vrea sa-i controleze ,nu stiu de ce i-mi pun intrebarea cum naiba a luat foc arhivele lor ,nu acuz ma intreb doar asa ca orce roman ingrijorat .

    1. nea Dorine, daca nea Mugur supravegheata o banca avand sediul in afara UE si are actionar majoritar o firma zombie lichidata in 2015 ce problema ai cu arhiva. Inca nu ai inteles ca aici e vorba de Virtual reality:-)

      hahaha

    Filozofia care populează VS care depopulează ȚARA .

Cotaţii Internaţionale

vezi aici mai multe cotaţii

Bursa Construcţiilor

www.constructiibursa.ro

GALA BURSA 2022
Avocat Ianul Alexandra
Apanova
BTPay
Electromagnetica
DIGI
arsc.ro
roovi.ro
Stiri Locale

Curs valutar BNR

07 Dec. 2022
Euro (EUR)Euro4.9186
Dolar SUA (USD)Dolar SUA4.6835
Franc elveţian (CHF)Franc elveţian4.9766
Liră sterlină (GBP)Liră sterlină5.7021
Gram de aur (XAU)Gram de aur267.0437

convertor valutar

»=
?

mai multe cotaţii valutare

Cotaţii Emitenţi BVB
Bursele din regiune
Cotaţii fonduri mutuale
Teatrul Național I. L. Caragiale Bucuresti
thediplomat.ro
Carte - Golden calf - the meaning of interest rate
Carte - The crisis solution terminus a quo
www.agerpres.rowww.dreptonline.rowww.hipo.ro